Le déni de grossesse

Publié le 04-10-2013 à 00:00 | Mis à jour le 10-01-2018 à 14:44 | Auteur : Isabelle DAMIRON
Même si les conséquences d'un déni de grossesse ne sont la plupart du temps pas dramatiques pour un enfant, cette manifestation est à considérer comme un vrai traumatisme qui peut toucher n'importe quelle future maman.
Le déni de grossesse
Le déni de grossesse
Publicité

Qu'est ce que c'est?

Une femme enceinte peut ne pas prendre conscience de sa grossesse : c'est ce qu'on appelle le déni de grossesse. Il peut être partiel ou complet.

Partiel, la femme a conscience qu'elle est enceinte. Elle s'en est rendu compte par les premiers signes physiologiques qui accompagnent une grossesse (absence de règles, malaise...). Mais parce que cette grossesse l'effraie ou qu'elle la refuse, elle la dissimule à son entourage et se la cache à elle-même : elle ne se fait pas suivre médicalement, n'a recours à aucun examen et vit au jour le jour sans se préoccuper de la suite des évènements. La plupart du temps, elle ne prend pas beaucoup de poids ou cache ses rondeurs.


Un déni complet est plus grave. La future mère sent qu'il se passe quelques chose en elle mais occulte totalement cette réalité. Le déni total peut se caractériser par une absence quasi-totale de prise de poids, des saignements réguliers qui peuvent faire penser à des menstruations, une absence de signes physiologiques annonciateurs d'une grossesse (malaises, nausées...). Elle ne sent pas non plus son bébé bouger.
L'entourage ne se rend donc compte de rien : comme aucun signe physique ne laisse envisager une grossesse, le compagnon ou même les médecins ne soupçonnent rien. Et au fur et à mesure, la future maman elle-même se persuade que rien ne se passe.

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus