Le déni de grossesse : un trouble rare et mal connu

Le déni de grossesse est un phénomène rare. Plusieurs affaires judiciaires récentes le mettent à nouveau sur le devant de la scène.
Image d'illustration



Le 7 septembre, le tribunal de Gironde acquitte une femme jugée pour avoir tué son nouveau-né. Le jugement prend en compte un déni de grossesse. A Marseille au mois d’août, une jeune femme avoue avoir tué son bébé. Elle invoque elle aussi un déni de grossesse. Ces deux affaires mettent une nouvelle fois en lumière un trouble psychologique plutôt rare, aux origines mal comprises, mais reconnu par le monde médical.

Enceinte sans en être consciente

Heureusement, le déni de grossesse ne se termine pas toujours aussi tragiquement. Une femme qui en souffre n’a pas conscience d’être enceinte. Il peut être partiel – la maman se rend compte de son état pendant sa grossesse – ou total – il perdure jusqu’à la naissance. Il s’accompagne généralement d’une absence de signes révélateurs d’une grossesse. L’Association française pour la reconnaissance du déni de grossesse œuvre pour une meilleure prise en charge de ce trouble psychologique.

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Assumer son corps post-grossesse, c’est possible !

Assumer son corps post-grossesse, c'est possible !

Le plus souvent, les mères n'osent montrer leur corps portant les stigmates de l'accouchement qu'après...
Lire la suite

Kidnappée à la maternité, une jeune fille retrouve ses parents 17 ans plus tard

Une Sud-africaine retrouve sa famille biologique 17 ans après avoir été enlevée. Aujourd’hui, les deux...
Lire la suite

Maman: rester soi-même

Maman: rester soi-même

Il y a l'image de la mère que l'on voudrait être... et la réalité ! Entre une vie professionnelle...
Lire la suite