Le congé pathologique

Publié le 08-11-2012 à 00:00 | Mis à jour le 25-10-2017 à 17:10 | Auteur : Isabelle DAMIRON
Si votre souffrez de complications durant votre grossesse, votre médecin peut vous prescrire un congé supplémentaire appelé congé pathologique. En cas de problème après votre accouchement, vous pouvez aussi bénéficier de ce congé maladie postnatal.
Le congé pathologique
Le congé pathologique
Publicité
Si votre souffrez de complications durant votre grossesse, votre médecin peut vous prescrire un congé supplémentaire appelé congé pathologique. En cas de problème après votre accouchement, vous pouvez aussi bénéficier de ce congé maladie postnatal.

Congé pathologique prénatal : quand y avez-vous droit ?

Votre médecin (généraliste ou gynécologue) a décelé un problème pendant votre grossesse : hypertension, diabète ou risque d'accouchement prématuré : il peut alors vous prescrire un congé pathologique prénatal qui allonge la durée de votre congé maternité. Ce congé est d'une durée maximale de 14 jours et doit être pris avant votre congé maternité (dès votre déclaration de grossesse). Il est impossible de le reporter au cours de la période postnatale.

A savoir : Le congé pathologique prénatal n'est pas un congé de complaisance. Les contrôles exercés par la Sécurité sociale sont très stricts.

Le congé maladie postnatal

Après votre accouchement, certains problèmes médicaux justifient l'allongement de votre congé de maternité, notamment en cas de césarienne ou de dépression postnatale. Vous bénéficiez alors d'un congé maladie postnatal d'une durée maximale de 28 jours.

A noter

Pour la Sécurité sociale, le désir d'allaiter son enfant n'est pas une raison justifiant l'allongement du congé de maternité. Vous pouvez néanmoins aménager vos horaires de travail (autorisation d'absence d'une heure par jour) ou prendre un congé parental d'un jour à un an (renouvelable 2 fois) pour les salariés du privé, dans la limite de 6 mois (renouvelable 2 fois) pour les fonctionnaires.

Astuces

Vérifiez la convention collective qui régit votre profession : vous pouvez par exemple bénéficier de certains aménagements exceptionnels (notamment sur le temps de travail et la rémunération).

Congé pathologique : votre indemnité

Votre congé pathologique prénatal est pris intégralement en charge par la Sécurité sociale : vous percevrez l'intégralité de votre salaire. Pour le congé maladie postnatal (suites de couches pathologiques), vous changez de régime car ce congé est considéré comme un arrêt maladie : vous serez indemnisée à hauteur de 50 % du salaire journalier de base. Votre employeur peut éventuellement apporter le complément de salaire (comme pour le congé maternité), tout dépend de votre convention collective.

Une pathologie postnatale : le baby blues

Si votre congé maladie postnatal est lié à un souci psychologique, vous pouvez contacter l'association Maman Blues.
Maman Blues est une association parentale qui œuvre dans le cadre de la difficulté maternelle : baby blues, dépression prénatale ou post-partum, psychose puerpérale, difficultés relationnelles avec son bébé et malnaissance psychique du nourrisson. Elle apporte un soutien non médical, bénévole et anonyme aux mamans et futures mamans, essentiellement par l'intermédiaire de son site et de son forum de discussion. Elle organise des rencontres sur Paris entre parents et professionnels afin que chacun puisse échanger et partager sur ce sujet.

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus