Le Brésil souhaite limiter son taux record de césarienne

Le gouvernement brésilien a lancé des mesures pour réduire le nombre de césariennes de confort pratiquées à outrance dans tout le pays.
Image d'illustration

56 %, c’est le pourcentage de Brésiliennes accouchant par césarienne. Ces dernières détiennent ainsi le record mondial de planifications de dates d'accouchement, alors que la moyenne mondiale ne dépasse pas 18 % et que l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande de ne pas dépasser 15 %.

Des césariennes pratiquées pour le confort de la mère

La peur de la douleur, la crainte d'affecter sa vie sexuelle, la possibilité de se faire ligaturer les trompes pour éviter d'autres grossesses sont autant d'arguments qui motivent les futures mères à programmer leur accouchement.
Une situation très confortable pour les obstétriciens, qui peuvent se libérer la nuit, les jours fériés et pendant les matchs de foot. Elle est aussi extrêmement rentable pour les médecins du secteur privé, payés à l'opération. Les étudiants en médecine ne sont d'ailleurs plus formés qu'aux césariennes au point de redouter de devoir gérer un accouchement naturel.
Pour autant, la césarienne reste un acte médical qui comporte des risques.

Des mesures pour enrayer le phénomène

Depuis janvier 2015, le gouvernement brésilien a annoncé des mesures pour mettre un terme à cette « épidémie » qui menace la santé publique.
Désormais, les risques des césariennes devront clairement être expliqués aux femmes pendant leur grossesse.
Quant aux médecins, ils devront justifier de la nécessité de l'acte auprès de l’assurance de santé pour pouvoir être remboursés.
Des propositions critiquées par les associations féministes et les représentants des médecins, qui estiment que les femmes doivent pouvoir rester libres de leurs choix.

Publié le 25-02-2015 à 14:02 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #accouchement

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Grande prématurité : des parents refusent l’acharnement thérapeutique

La difficile décision de ce couple de Saintes (Charente-Maritime) relance le débat sur le maintien en vie.
Lire la suite

Grossesse multiple : jumeaux, triplés, quadruplés… Quintuplés !

Grossesse multiple : jumeaux, triplés, quadruplés… Quintuplés !

Une naissance hors du commun est programmée pour ce week-end : celle de quintuplés conçus...
Lire la suite