La sophrologie, un outil pour gérer la douleur de l'accouchement

Apprendre à se relaxer, prendre confiance en soi, gérer ses peurs et la douleur est indispensable avant une naissance. La sophrologie trouve ainsi toute sa place dans la préparation à l'accouchement.
La sophrologie, un outil pour gérer la douleur de l'accouchement
La sophrologie, un outil pour gérer la douleur de l'accouchement

Attendre un enfant fait partie des grands bonheurs de la vie. Mais la grossesse est aussi une période de doutes et de bouleversements émotionnels. Les futures mamans s'interrogent sur l'accouchement, sur leur futur rôle de parent, sur le quotidien qui les attend avec un bébé, etc. La sophrologie peut alors permettre aux femmes de faire le point dans leur vie et les aider à appréhender l'accouchement avec sérénité. Cette méthode est d'autant plus conseillée lorsqu'elles ne souhaitent pas, ou ne peuvent pas accoucher sous péridurale.

Une méthode pour dominer la douleur

Encadrée par une sage-femme formée à la sophrologie, les exercices pratiqués en renfort des séances de préparation à l'accouchement, reposent essentiellement sur le corps et sur les émotions. Respirations, mouvements et visualisations aident les futures mamans à se relaxer. Le travail repose sur l'analgésie, c'est à dire l'insensibilité à la douleur. Les participantes effectuent les exercices les yeux fermés, assises ou debout, quelquefois accompagnées de musique. Le travail vise à maîtriser son souffle de sorte à atteindre un état situé entre la veille et le sommeil, qui facilite la visualisation du corps. Concentration, contemplation et méditation constituent ainsi la base d'une séance.

Une vision positive de l'accouchement

Il ne s'agit plus d'accoucher dans la douleur mais de penser que le corps utilise les contractions pour permettre au bébé de descendre.
En effet, la maitrise de la respiration aide à contrôler la douleur, à récupérer entre les contractions et à pousser de façon efficace au moment voulu.
L'accouchement anticipé et visualisé grâce à la sophrologie ne représente plus une source d'anxiété pour la future maman. Considéré de manière positive, il est ainsi mieux vécu.

Publié le 18-02-2015 à 15:27 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #accouchement

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Les infirmières du Maine Medical center

États-Unis : baby boom à la maternité !

Elles sont 9, elles sont infirmières, elles sont toutes enceintes et doivent accoucher entre les mois...
Lire la suite

Elle ne veut pas que j'assiste à l'accouchement

Elle ne veut pas que j'assiste à l'accouchement

Avec 8 papas sur 10 qui assistent à l'accouchement de leur enfant, la présence du père en salle de...
Lire la suite

Troisième trimestre : l’accouchement prématuré

Troisième trimestre : l'accouchement prématuré

On estime qu'en France 95% des grossesses se déroulent sans anomalie. Cependant, certaines grossesses...
Lire la suite