La relaxe pour les deux médecins poursuivis après le décès d'un nourrisson

À Metz, le pédiatre et la gynécologue poursuivis pour homicide involontaire suite au décès d'un bébé en 2005, ont été relaxés.
Image d'illustration

Le 4 août 2005, Lyna, âgée d'un mois et demi, est décédée d'une infection générale et méningée à streptocoques du groupe B (SBG). Sa mère avait été atteinte de cette même maladie après son accouchement, à l'hôpital-clinique Claude-Bernard de Metz.

Des négligences dans la prise en charge

Selon plusieurs rapports d'experts médico-légaux, des "négligences" dans la prise en charge de l'enfant auraient entraîné une "indiscutable perte de chance de survie". En effet, les deux médecins poursuivis n'auraient ni procédé à un dépistage vaginal du SGB pendant la grossesse de la mère, ni à un bilan bactériologique du nouveau-né. Il s’agissait pourtant des recommandations de l'Anaes (aujourd'hui, Haute Autorité de santé).

La famille déboutée

Jugés mardi, les deux médecins ont pourtant été relaxés, et la famille déboutée de ses demandes de dommages et intérêts. Il était réclamé pour chaque parent 40.000 euros et 15.000 euros pour chaque grand-parent, au titre des intérêts civils.
"C'est une immense déception pour les parents (...). Cette décision ne leur permet pas de faire le deuil de leur enfant", a commenté leur avocat, Me Redouane Saoudi, à l'issue du jugement du tribunal correctionnel de Metz. Et d'ajouter : "Nous analyserons toutes les voies de recours".
La justice a toutefois reconnu que les recommandations laissaient "un choix et un libre arbitre aux médecins de faire procéder ou non à tel ou tel examen", a rappelé Me Thomas Hellenbrand, l’avocat de la gynécologue. Il affirme que la responsabilité médicale est une responsabilité également civile. "Ca ne doit pas être le renvoi devant des juridictions répressives, qui doit rester l’exception", a estimé l’avocat.

Publié le 16-03-2015 à 13:36 | Mis à jour le 18-05-2018 à 22:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Un bébé né 17 semaines avant terme est sorti de l’hôpital

Un bébé né 17 semaines avant terme est sorti de l'hôpital

Après 345 jours d'hospitalisation, le grand prématuré est rentré chez lui, au grand bonheur de toute sa...
Lire la suite

Endométriose : l’ennemi de l’intérieur

Endométriose : définition

L'endométriose concerne 1 femme sur 10 en France et fait partie des tous premiers motifs d'infertilité....
Lire la suite

Maladies infantiles : varicelle en hausse, gastro en baisse

Le réseau Sentinelles-Inserm qui surveille la progression des épidémies en France lance l’alerte pour 7...
Lire la suite