La maternité est-elle soluble dans le manque de sommeil ? (Page 2)

Adelles, c'est l'auteur du blog pourmieuxattendre.fr. Mais c'est aussi une maman de jumelles qui s'y connaît rayon « nuits sans sommeil et épuisement parental » ! Avec l'humour qui la caractérise, elle nous raconte l'épopée du sommeil de Poite n°2, la cadette de ses jumelles... A lire sans modération !
La maternité est-elle soluble dans le manque de sommeil ?
La maternité est-elle soluble dans le manque de sommeil ?

Tout essayé donc, allons-y pour la longue liste de nos tentatives nocturnes :
 
Essai n°1 : les compagnons de lit
Peluches, tour de lit matelassé, tissu imprégné de mon odeur, doudou et autres bouillottes ont petit à petit peuplé le lit de Poite n°2. J'ai arrêté la surenchère quand un jour, partant en voyage, un bagage entier a dû être consacré à la cour privée de sa majesté n°2.
 
Essai n°2 : l'homéopathie
Tout ce qui est vendu en pharmacie et dont le nom commence par calm, apais, tranquil ou nocto a franchi un jour les lèvres de Poite n°2. Sirop, granules à faire fondre durant des heures, voire même aérosols, Poite n°2 a été une enfant sur-médicamentée mais toujours parfaitement insomniaque.
 
Essai n°3 : les pédopsychiatres
Oui, LES pédopsychiatres car même en habitant la région parisienne, j'ai eu du mal à rencontrer un spécialiste acceptant de recevoir une enfant de moins d'un an.
Finalement, Poite n°2 a suivi une thérapie en deux séances avec Madame Sommeil, pédopsychiatre de son état. Poite n°2 sembla beaucoup apprécier ces séances qu'elle passa parfois longuement sur le genoux de sa propre thérapeute (j'ignore quelle serait l'opinion de Freud sur ce point).
Poite n°2, ayant hérité de son crustacé de père un caractère facétieux, nous fit croire au miracle en nous offrant 2 excellentes nuits, puis, en enfant constante et cohérente qu'elle est aussi, elle repartie de plus belle dans ses travers nocturnes.

Essai n°4 : les veilleuses
Probablement maraboutés par une puissance mystérieuse, nous avons successivement acheté trois veilleuses défectueuses (maintenant, j'ai compris, c'était certainement un avertissement divin) (le parent fatigué a du mal à reconnaître les avertissements divins, c'est le problème).
Quand enfin, nous avons dégotté le modèle qui convenait, Poite n°2 tomba amoureuse de sa veilleuse. Désormais, non seulement la veilleuse ne l'empêche nullement de se réveiller mais Poite n°2 nous pique des crises monstrueuses en cas d'absence de sa compagne lumineuse dans son lit le soir.
Une belle réussite que l'essai n°4.

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Sécurité : quand la quête de la belle photo vire au n’importe quoi !

Ceux-là ne seront pas élus parents de l’année : pour réaliser un cliché "mémorable", ces norvégiens...
Lire la suite

Le meilleur des actus et des articles – Semaine du 10 novembre

Le top 5 de vos articles et de vos actualités préférés de la semaine écoulée !
Lire la suite

Emballage, packaging… Les enfants sont attirés le par bleu !

Emballage, packaging... Les enfants sont attirés le par bleu !

Une enquête menée par l'Institut d'études et de conseil Junior City auprès des 7/14 ans révèle les...
Lire la suite