La contraception d’urgence sous-utilisée

La contraception d’urgence reste mal connue et sous-utilisée en France : c’est ce que révèle une étude réalisée par BVA pour le laboratoire HRA Pharma.
Image d'illustration



Selon cette étude, 31% de femmes interrogées révèlent avoir eu au moins un rapport sexuel non protégé au cours de l’année. Mais seuls 20% d’entre elles ont eu recours à une contraception d’urgence ! Sentiment de honte, de culpabilité – son utilisation signifierait que la femme ne sait pas gérer sa contraception -, absence de conscience du risque de grossesse, idées reçues constituent autant de freins à son utilisation.

Jusqu’à cinq jours après un rapport non protégé

Il existe deux types de contraceptifs d’urgence. Le premier - Norlevo ou Levonorgestrel Biogaran- peut-être pris jusqu’à 72h après un rapport sexuel. Il est en vente libre en pharmacie, remboursable si prescrit par un médecin. Le second, EllaOne, peut être pris jusqu’à 5 jours après le rapport non protégé. Disponible uniquement sur ordonnance, il est remboursé à 65%.À ne pas oublier cependant : la contraception d’urgence ne constitue pas un moyen de contraception régulier !

Publié le 25-09-2012 à 16:44 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #enviedebebe

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Rédiger un projet de naissance

Un projet de naissance pour rester actrice de son accouchement

Vous souhaitez rester mobile pendant le travail, accoucher sans péridurale, éviter une épisiotomie, limiter...
Lire la suite

TV

Et le prénom du futur bébé de Clem sera...

Après plusieurs semaines de suspense, Clem vient de révéler le 30 mars dernier le prénom de son futur bébé...
Lire la suite