La contraception d’urgence sous-utilisée

La contraception d’urgence reste mal connue et sous-utilisée en France : c’est ce que révèle une étude réalisée par BVA pour le laboratoire HRA Pharma.
Image d'illustration



Selon cette étude, 31% de femmes interrogées révèlent avoir eu au moins un rapport sexuel non protégé au cours de l’année. Mais seuls 20% d’entre elles ont eu recours à une contraception d’urgence ! Sentiment de honte, de culpabilité – son utilisation signifierait que la femme ne sait pas gérer sa contraception -, absence de conscience du risque de grossesse, idées reçues constituent autant de freins à son utilisation.

Jusqu’à cinq jours après un rapport non protégé

Il existe deux types de contraceptifs d’urgence. Le premier - Norlevo ou Levonorgestrel Biogaran- peut-être pris jusqu’à 72h après un rapport sexuel. Il est en vente libre en pharmacie, remboursable si prescrit par un médecin. Le second, EllaOne, peut être pris jusqu’à 5 jours après le rapport non protégé. Disponible uniquement sur ordonnance, il est remboursé à 65%.À ne pas oublier cependant : la contraception d’urgence ne constitue pas un moyen de contraception régulier !

Publié le 25-09-2012 à 16:44 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #enviedebebe

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Une charte européenne pour le respect du droit à l'avortement

Le site Médiapart publie un manifeste co-signé par différentes associations féministes afin de défendre le...
Lire la suite

IVG : un site pour s’orienter

IVG : un site pour s'orienter

Centres d'IVG qui ferment leurs portes, difficultés à faire pratiquer l'intervention dans les délais...
Lire la suite

Le papillomavirus, qu’est-ce que c’est ?

Le papillomavirus, qu'est-ce que c'est ?

Le papillomavirus humain est un virus responsable du cancer du col de l'utérus. Le nombre de diagnostics de...
Lire la suite