L’hématome rétroplacentaire (HRP) : pour mieux comprendre

Cette complication potentiellement très grave de la grossesse survient dans les derniers mois et est étroitement liée à la survenue d’un décollement du placenta. Il s’agit d’une urgence absolue à traiter au plus vite !
L’hématome rétroplacentaire (HRP) : pour mieux comprendre
L’hématome rétroplacentaire (HRP) : pour mieux comprendre
Publicité



Le HRP, c’est quoi ?

Une chute, un choc : une poche de sang très localisée se forme, c’est ce qu’on appelle un hématome, et plus généralement un bleu ! Dans le cas d’un hématome rétroplacentaire, c’est beaucoup plus grave : une poche de sang se forme entre le placenta, partiellement décollé de son support, et la paroi de l’utérus.
Lorsque ce sang s’évacue par les voies naturelles (une hémorragie vaginale plus ou moins importante, accompagnée de douleurs abdominales), on parle de HRP "mineur" ou de simple décollement placentaire. En revanche, lorsque la poche de sang est très importante (signe d’un décollement massif) et ne s’évacue pas ou peu, on parle d’hématome rétroplacentaire sévère. La vie du fœtus, ainsi que de la mère, est alors en danger !

Pourquoi c’est grave ?

Le placenta assure les échanges entre l’organisme maternel et celui du bébé. Tout transite par lui : oxygène, éléments nutritifs, etc. Quand une partie du placenta se décolle de l’utérus, les échanges s’effectuent donc moins bien. Et si ce détachement est massif, bébé peut être carrément privé d’oxygène ! Du côté maternel, les risques se situent au niveau circulatoire : hémorragie massive, troubles de la coagulation…
On estime qu’une future mère sur 100 environ souffrira d’un décollement mineur, n’entraînant que peu de séquelles. La forme sévère du HRP touche quant à elle une grossesse sur 1000. Dans ce dernier cas, le risque de mortalité fœtale est de 30 à 60 % !

Les causes

Le décollement du placenta peut être provoqué par :

  • Une chute, un choc, un coup au niveau de l’abdomen ;
  • Une hypertension gravidique (excès de tension artérielle liée à la grossesse) ;
  • Un diabète ;
  • Le tabagisme, l’usage de drogue ou la consommation d’alcool ;
  • Dans de rares cas, l’amniocentèse ;
  • Un dépassement de terme, ainsi qu’un âge avancé semblent également exposer davantage au risque de décollement et/ou de HRP.

Détecter et prévenir le HRP

Les symptômes qui doivent vous alerter, si vous êtes dans votre 3e trimestre de grossesse :

  • Des douleurs abdominales soudaines et brutales (en "coups de poignard"), qui ne passent pas. L’abdomen est dur et douloureux à la palpation ;
  • Des saignements : pas nécessairement très importants, mais le sang est foncé à noir. Une perte de sang rouge vif est davantage associée à une autre pathologie moins grave, le placenta praevia (placenta qui recouvre le col de l’utérus) ;
  • Des nausées, des vomissements, un pic ou à l’inverse une chute de tension.

Si vous ressentez ces symptômes, rendez vous sans tarder au service des urgences le plus proche !

Si l’hématome est confirmé, qu’il est mineur et que l’échographie montre un fœtus en forme, vous serez mise au repos très strict et sous surveillance étroite. Des recommandations à respecter à la lettre !
Si l’hématome est massif et que le fœtus montre des signes de vitalité, l’accouchement sera déclenché ; une césarienne d’extrême urgence sera pratiquée si le bébé montre des signes de souffrance. Dans tous les cas, une révision utérine scrupuleuse sera pratiquée pour supprimer tout résidu placentaire de l’utérus, et vous serez, au besoin, transférée en réanimation. Une transfusion sanguine peut être nécessaire.

Prévenir un hématome rétroplacentaire est difficile, hormis si vous avez déjà un antécédent, auquel cas un traitement préventif vous sera prescrit. Le suivi régulier et normal de la grossesse, avec échographies, surveillance de la tension et analyses d’urines suffit en règle générale à alerter les professionnels au besoin. Et bien entendu, en cas de chute, de coup ou de choc, des examens doivent aussitôt être pratiqués afin d’écarter les risques.

Plus d'articles sur : #sante
Isabelle DAMIRON
Publié le 06-02-2014 à 00:00
Mis à jour le 25-10-2017 à 17:10
Auteur : Isabelle DAMIRON
2747 articles

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus