L'allaitement de mes jumeaux (Page 2)

Élodie a allaité ses jumeaux avec bonheur ! Aujourd'hui, un an après leur naissance, l'allaitement s'achève tout doucement. Elle revient pour nous sur son histoire, avec beaucoup d'humour... Et d'amour !
L’allaitement de mes jumeaux
L’allaitement de mes jumeaux

Nous sortons au bout d'une semaine d'hôpital. Me voila "seule" à la maison avec mes 2 trésors (et mon mari bien sûr), qui vont bientôt avoir faim, mais là, pas de sage-femme pour m'aider...
 
J'apprends à allaiter : quand il faut, la meilleure position, le mieux pour eux, etc. Les semaines passent, et au bout d'un mois, les douleurs ont disparu. Ça y est, ce n'est plus désagréable, ça devient même un plaisir et je suis bien contente de ne pas avoir arrêté ! Bon, je me paye quand même de sacrées montées de lait, mais je me dis : "Allez, si j'allaite jusqu'à 3 mois ce sera bien !". Je m'adapte "vestimentairement" parlant, à savoir plusieurs épaisseurs pour ne sortir QUE le nécessaire quand il y a besoin, et avec des coussinets d'allaitement pour éviter les vilaines échappées de lait non désirées !
 
3 mois : on y est encore ! Les montées sont toujours très importantes et douloureuses, mais ça se régularise petit à petit. Et on commence à entendre : "Tu vas allaiter longtemps ?" ; ce genre de phrases qui veulent gentiment dire qu'allaiter des nourrissons, ok, mais bon après ça va quoi... Bref, j'adore ça, nous prenons beaucoup de plaisir tous les trois, on est dans notre bulle, c'est vrai, mais ai-je envie d'arrêter...  Non !
 
4-5 mois : vitesse de croisière. Les montées sont seulement à la demande et on multiplie les "tétées plaisirs". Bon, ils ne font toujours pas leurs nuits, et je ne les ai pas encore diversifiés ; je compte bien attendre 6 mois ! J'aime les allaiter tous les deux en même temps quand nous sommes à la maison, mon mari (oui, il est là, même si je n'en ai pas beaucoup parlé !) m'aide à les installer confortablement.
 
6 mois : purée de carottes ! Malgré la diversification, ils ont encore besoin de beaucoup téter, alors je ne leurs refuse évidemment pas !
 
Puis, petit à petit, d'eux-mêmes, ils réclament moins. D'abord ils se passent de la tétée de 10 h, puis, quelques temps après, le repas du midi leurs suffit, donc on arrête aussi la tétée du midi... Puis celle de 18 h (celle-là a été plus difficile à sauter).
Ils ont donc 1 an et ils tètent encore un peu... Quasiment plus, mais ils ne font toujours pas leurs nuits ! On est en train d'arrêter tout doucement ces derniers mois, en sautant 1, puis 2 tétées, etc. De cette manière, je n'ai aucun problème à les sevrer et aujourd'hui ils prennent du lait de vache sans aucun souci !
 
Voilà, je m'arrête là, même si j'en aurais encore à dire... Pour conclure, ça a été un vrai bonheur d'allaiter, même si entre nous...ils m'ont ruiné ma poitrine ! Tant pis, ça valait bien ce sacrifice !
 
 
Envie de nous raconter votre accouchement ou votre expérience de maman ? Témoignez vous aussi sur Etreenceinte.com ! Envoyez-nous un email avec votre récit, accompagné d'une photo, à l'adresse webmaster@etreenceinte.com. Retrouvez aussi nos appels à témoignages sur notre page Facebook !

Publié le 19-02-2013 à 17:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #alimentation

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

2 poignées de légumes par jour pour lutter contre l'obésité infantile

Légumes : 2 poignées par jour pour combattre l'obésité infantile !

Pas même une portion, mais simplement l'équivalent de deux poignées de légumes par jour permettraient de...
Lire la suite

Le goût des enfants se forme avant la naissance

Le fœtus expérimente le goût dès le 4e mois de grossesse. Une découverte précoce des saveurs qui détermine...
Lire la suite

Choisir et utiliser un tire-lait

Choisir et utiliser un tire-lait

Le lait maternel, c'est vrai qu'il n'y a rien de mieux pour ravitailler son tout-petit. Mais parfois, pour...
Lire la suite