IVG : le délai légal

L'Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est à distinguer de l'Interruption Médicale ou Thérapeutique de Grossesse (IMG ou ITG). Le premier désigne une grossesse interrompue parce que non-voulue et doit avoir lieu dans un délai de 14 semaines depuis les dernières règles, et les seconds une grossesse souhaitée interrompue à cause de risques pour le fœtus ou la mère et qui peut être pratiquée à tout moment de la grossesse.
IVG : le délai légal
IVG : le délai légal

L'IVG médicamenteuse

L'usage de la pilule abortive est autorisé en France depuis 1988. Ce n'est pas une pilule du lendemain. Le délai légal d'une IVG médicamenteuse est de 7 semaines d'aménorrhée (absence de règles), soit la 5ème semaine de grossesse.

Délai légal de l'IVG chirurgicale

En France, le droit de pratiquer une IVG a été adopté en 1979. Le délai légal de l'IVG chirurgicale en France est de 14 semaines après l'arrêt des règles (12ème semaine de grossesse).

Le problème du manque de centres et de praticiens.

Les médecins peuvent invoquer une "clause de conscience" afin de ne pas avoir à pratiquer une IVG. Mais les politiques publiques en matière de santé (réduction des dépenses, fermetures de centres, regroupement des services, manque de personnel...) peuvent aussi compliquer les démarches des femmes et créent des "listes d'attentes" dans les centres disponibles, poussant certaines à envisager un avortement à l'étranger.

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Mononucléose infectieuse et grossesse

Mononucléose et grossesse : vigilance, mais pas de panique !

Depuis combien de temps n'aviez-vous pas pensé à la fameuse "maladie du baiser" ? Répandue à...
Lire la suite

Après l'accouchement : devenir maman

Après l'accouchement : devenir maman

Devenir maman, c'est une chose extraordinaire, mais cela demande aussi de savoir s'adapter au bébé....
Lire la suite

Comment être une bonne mère ?

Vous êtes la meilleure des mamans !

Doute, culpabilité, on a toutes de bonnes raisons pour trouver qu'on est une mauvaise mère. Et puis c'est...
Lire la suite