Insolite : le petit dernier, toujours notre bébé !

Quand il s’agit de notre plus jeune enfant, nous avons du mal à le voir grandir !
Image d'illustration

Le petit dernier restera toujours notre petit bébé ! En tout cas, c’est ce que révèle une étude amusante menée par des scientifiques australiens. Il semble en effet que les mamans parviennent avec précision à estimer la taille de leurs enfants les plus grands, avec une marge d’erreur minime. En revanche, le plus jeune est toujours vu comme plus petit qu’il ne l’est réellement…

Les chercheurs ont observé un groupe de mamans d’enfants âgés de 2 à 6 ans. Ils leur ont demandé d’estimer la taille de leurs enfants en faisant une marque sur un mur, puis ont comparé ces marques aux vraies tailles des enfants. Surprise : si les mamans ne se sont pas tellement trompées pour leur enfant le plus âgé, elles ont en revanche sous-estimé la taille du plus jeune –de près de 8 cm en moyenne !

Explication : les parents souffriraient d’une forme d’illusion. Le "petit dernier" reste, à leurs yeux, le bébé fragile qu’il était à la naissance… Jusqu’à ce qu’un nouveau bébé fasse sont apparition : c’est alors qu’ils voient enfin à quel point l’aîné a grandit, comparé au nouveau-né ! Et cette perception dure dans le temps…Selon les scientifiques, ce tour que nous joue la nature serait aussi une forme de réflexe archaïque qui nous pousserait à protéger le plus jeune et le plus vulnérable de nos petits. Bien vu !

Source : dailymail.co.uk

Publié le 18-12-2013 à 10:59 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #psycho

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Conflits dans la fratrie : comment gérer ?

Conflits dans la fratrie : comment gérer ?

Marcel Rufo avait jeté un pavé dans la mare en publiant son livre Frères et soeurs, une maladie d'amour. Il...
Lire la suite

People :Mariah Carey, une maman un peu trop Diva !

La célèbre chanteuse ne joue pas seulement le grand jeu de la Diva pour les médias : dans la vraie...
Lire la suite