Ibuprofène et paracétamol pendant la grossesse nuiraient à la fertilité du bébé à naître

La prise d'antidouleurs pendant la grossesse pourrait nuire à la fertilité des enfants à naître. C'est ce que montre une nouvelle étude écossaise. On fait le point.
Antidouleurs et grossesse : attention danger
Antidouleurs et grossesse : attention danger
Publicité

Enceinte, les médicaments autorisés sont très peu nombreux et il ne reste bien souvent aux futures mamans que les anti-douleurs classiques que sont l'ibuprofène et le paracétamol. 

Or, depuis quelques temps les scientifiques alertent sur les effets néfastes que peuvent avoir ces anti-douleurs sur les fœtus. Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l'université d'Edimbourg va dans ce sens en prouvant que, ibuprofène et paracétamol, auraient des incidences sur la fertilité des petits garçons et des petites filles à naître. 

Ménopauses précoces et baisse de la production de spermatozoïdes

Comment les scientifiques ont procédé pour arriver à cette conclusion ? En greffant à des souris des tissus ovariens et testiculaires venant de fœtus. Ils ont ensuite soumis ces greffes à de l'ibuprofène et du paracétamol pendant une semaine. 

Et le résultat est extrêmement inquiétant. Sur les tissus féminins, il manquait plus de 40 % des cellules germinales, ces cellules qui deviennent ensuite des ovules ou des spermatozoïdes. Le rapport indique que cette diminution « pourrait mener à une ménopause précoce ». 

L'impact de ces anti-douleurs chez les garçons serait important également puisque sur les tissus issus des testicules, puisque les scientifiques ont remarqué une baisse de 25% des cellules germinales, et donc une baisse de la fertilité des petits garçons. 

Comment utiliser des antidouleurs pendant la grossesse ? 

L'ibuprofène est déjà « formellement contre-indiqué » à partir du 6e mois de grossesse, selon les recommandations de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) qui explique même que pendant les 2ers trimestres de grossesse celui-ci doit être pris « uniquement quand c'est indispensable, à la dose efficace la plus faible et pour la durée la plus courte ».

Il n'y a pas, actuellement, d'interdiction ou de restriction légales sur l'usage du paracétamol pendant la grossesse, mais le moins possible semble le mieux au vu des résultats de l'étude. 


Vous aimerez aussi

Comment bien protéger son enfant sur la plage ?

Soleil : les parents ne protègent pas assez les enfants

Les parents ont de mauvaises habitudes et ne protègent pas assez leurs enfants des dangers du soleil. C'est...
Lire la suite

Quand les pères regrettent d'avoir assister à l'accouchement de leurs enfants

Accouchement : 1 père sur 3 aurait préféré ne pas y assister

La marque Pampers a publié une étude montrant que 1 papa sur 3 aurait préféré ne pas assister à...
Lire la suite

Un bébé en 2 ans ou un remboursement : la promesse d'une clinique espagnole

PMA : une clinique rembourse les parents qui n'ont pas eu d'enfants sous 2 ans

En Espagne, une clinique propose de rembourser les parents qui n'ont pas réussi à avoir d'enfants sous deux...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus