Grossesse : en Belgique, un suivi inégal

L’Office de la Naissance et de l’Enfance (ONE) belge révèle les résultats d‘une étude menée auprès de plus de 1500 mères : un suivi de grossesse inégal selon la catégorie socio-économique…
Image d'illustration



Selon l’ONE, les femmes qui ne bénéficient pas d’un suivi de grossesse régulier (trop tardif, voire inexistant !) répondent presque toutes aux mêmes critères : elles vivent leur grossesse seules (7%), ainsi que la première année de vie de leur bébé (10%). Elles sont plutôt jeunes, avec de faibles revenus et peu diplômées. Pour une bonne part d’entre elles, cette grossesse n’était pas vraiment prévue…

Alors que les mères en couple sont 45% à avoir un emploi stable et qu’elles ont plus fréquemment droit à des congés entourant la période de la naissance, les mamans isolées sont souvent sans travail au moment de la grossesse (76%), et, si elle parviennent à retrouver une place sur le marché de l’emploi après la naissance, elle changeront plus fréquemment d’employeur que les autres (15% contre 3%). La porte ouverte à la précarité…

L’ONE profite de ces résultats somme toute inquiétants pour interpeller les pouvoirs publics belges, afin d’agir pour réduire ces inégalités sociales qui risquent de se transmettre d’une génération à l’autre.

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Doppler fœtal : une offre qui ne se refuse pas !

[PUblirédactionnel] Attendre bébé, c’est beaucoup de joie, mais aussi, parfois, beaucoup d’angoisse… Et la...
Lire la suite

Jumeaux : les disputes commencent… Dès la grossesse !

Parents de jumeaux ou tout simplement de plusieurs enfants, vous vous demandez pourquoi ils se chamaillent...
Lire la suite

Vidéo : grossesse, bébé, Google est là !

La nouvelle campagne Google met en scène un couple sur le point d’accueillir son bébé. Le futur papa et la...
Lire la suite