Fertilité : les retardateurs de flammes en cause

Les produits retardateurs de flammes ont déjà été mis en cause : accusés d'être cancérigènes et perturbateurs endocriniens, ils pourraient influer négativement sur la fertilité...
Fertilité : les retardateurs de flammes en cause
Fertilité : les retardateurs de flammes en cause

Les retardateurs de flammes sont partout : ces substances chimiques évitent à une multitude d'objets du quotidien de s'enflammer violemment en cas d'incendie. On les retrouve dans les jouets, les textiles, le plastique, les appareils électriques et électroniques... Ils peuvent être de différentes natures, et c'est à la classe des organophosphorés que se sont intéressés les chercheurs américains de la Harvard T.H. Chan School of Public Health.

Menée au sein d'une clinique spécialiste de la fertilité, cette étude examine le lien entre le retardateur de flamme organophosphoré, que l'on trouve dans la mousse de polyuréthane (rembourrages divers, tapis de sport...) et la fertilité féminine. Selon eux, une exposition prolongée à ces produits réduit les chances de succès en cas de fécondation in vitro (FIV).

Comme déjà prouvé par le passé, les retardateurs de flammes sont des perturbateurs endocriniens, c'est-à-dire qu'ils entrainent des perturbations hormonales importantes. Or, dans le cadre d'une procréation médicalement assistée, les délicats équilibres des différentes hormones sont primordiaux...

Plus de 200 patientes de la clinique de fertilité ont été étudiées ; 80 % d'entre elles présentaient dans leurs urines des traces de substances organophosphorées issues des retardateurs de flammes. Celles présentant les concentrations les plus élevées voyaient leur taux d'implantation d'embryon réussie réduit de 31 %, et leurs chances de voir la grossesse se confirmer (activité cardiaque de l'embryon visible) réduites de 41 % !

Les spécialistes conseillent donc aux couples dans un parcours de procréation médicalement assistée d'éviter à tout prix les produits retardateurs de flammes ; ils ont également annoncé une poursuite des recherches pour découvrir de potentiels impacts sur la fertilité masculine.

Publié le 31-08-2017 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #enviedebebe

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Fille ou garçon : la réponse dans l’assiette ?

Fille ou garçon : la réponse dans l'assiette ?

Et si le sexe de bébé se jouait dans votre assiette ? Retour sur les différents travaux qui ont été...
Lire la suite

L’insuline intervient dans la différenciation sexuelle du fœtus

Comment un embryon devient-il une fille ou un garçon ? Des chercheurs de l’université de Genève...
Lire la suite

Fécondation in vitro : un nouvel appareil permet d’accroître les chances de réussite

Fécondation in vitro : un nouvel appareil permet d'accroître les chances de réussite

La revue « Biomicrofluidics » vient de publier le rapport des chercheurs taiwanais sur une technique qui...
Lire la suite