Enfants : attention aux vêtements neufs

En pleine période de soldes, la tentation est grande d'acheter plein d'habits à ses enfants et de leur faire porter dans la foulée. Attention toutefois, un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail (ANSES) pointe du doigt la présence de nombreuses substances allergisantes sur les vêtements neufs. On vous explique.
Toujours laver les vêtements neufs
Toujours laver les vêtements neufs

Petites robes, short, salopettes trop mignonnes...Les soldes sont un bon moment pour se faire plaisir à moindre frais et refaire la garde-robe de ses bouts de choux. Et une fois les adorables pépites trouvées vous avez envie de voir immédiatement votre loulou dedans. Pourtant, avant de les porter vous devez absolument les laver. 

C'est ce que préconise l'Anses dans un rapport. En effet, les vêtement neufs contiennent un grand nombre de substances allergisantes et irritantes utilisées pour le transport et l'aspect des vêtements neufs en magasin.

Métaux lourds (cobalt, cuivre, plomb, mercure...), chrome, nickel, nonylphénols...toutes ces substances ont été détectées dans les analyses lancées par l'ANSES. Toutes ces substances peuvent entraîner des allergies, notamment rapporte l'agence des dermatites de contact. C'est-à-dire, une irritation de la peau ressemblant beaucoup à un eczéma

L'Agence note également que certaines des substances retrouvées sur les vêtements et les chaussures sont des perturbateurs endocriniens qui peuvent avoir des incidences sur la fertilité des enfants notamment et provoquer des cancers. 

Recommandations : laver et mieux informer le consommateur

L'Anses recommande donc de laver systématiquement les vêtements neufs. En effet, un passage en machine permet de réduire de façon importante la présence de ces substances dangereuses. 

Par ailleurs les auteurs du rapport recommandent qu'un étiquetage sur les vêtements et les chaussures soit désormais présent pour indiquer aux consommateurs les risques sanitaires, comme c'est par exemple le cas que d'autres produits (cosmétiques et alimentaires). 

Enfin, l'Anses préconise de baisser les seuils autorisés de ces substances allergènes, notamment le chlore 6 et le nickel. 

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

La chirurgie des fœtus au secours des jumeaux transfuseur-transfusé

La chirurgie des fœtus au secours des jumeaux transfuseur-transfusé

La chirurgie fœtale est une intervention visant à traiter les pathologies évolutives in utéro. Prometteuse,...
Lire la suite

Mort subite du nourrisson : une campagne pour en finir avec le tabou

Depuis 15 ans, aucune campagne de prévention et d’information d’envergure nationale n’a été menée en France...
Lire la suite