En Europe, maternité rime avec discrimination

Virées, mises au placard, privées d’avancement : les jeunes mamans actives en Europe sont bel et bien victimes de discriminations.
Image d'illustration



Pressions insidieuses, frein à l’avancement de la carrière, refus d’augmentation, harcèlement… Il ne fait pas bon être jeune ou future maman et active en Europe ! Malgré des législations censées empêcher des tels situations, la situation est très loin d’être rose…

En Angleterre

Si la durée maximale du congé maternité en Grande-Bretagne est parmi les plus longues d’Europe (jusqu’à 52 semaines, soit 1 an), les britannique le paient au prix fort… Selon une enquête réalisée par la House of Commons Library, sur 340 000 en poste avant leur congé, 50 000 le perdent à l’issue de ce dernier. Et pour celles qui parviennent à conserver leur job, promotions et augmentations sont à ranger aux oubliettes ! Les recours légaux restent marginaux, car les frais de justice sont élevés…

En Espagne

Le taux global d’emploi des femmes reste parmi les plus bas d’Europe dans ce pays (51% environ). Pour celles qui travaillent, c’est encore plus dur puisque d’après Centro de Investigaciones Sociológicas (CIS), une mère sur 4 abandonne définitivement son emploi après la naissance de son enfant ! Les effets de la crise économique qui frappe très durement l’Espagne fait le reste : il n’y a pas de place pour tout le monde sur le marché de l’emploi, et devinez qui trinque… ?

En Italie

Une loi votée par le gouvernement de Mario Monti en 2012 a mis un frein à une pratique jusque là courante, mais néanmoins très choquante : nombre de patrons faisaient en effet signer, dès l’embauche, à toute nouvelle recrue féminine une lettre de démission "en blanc" (signée mais non datée) qu’ils se réservaient le droit d’utiliser en cas d’annonce de grossesse ! Aujourd’hui, l’inspection du travail locale doit obligatoirement donner son avis en cas de démission survenant dans les 3 ans suivant une naissance. Les patrons ayant la démission facile encourent jusqu’à 30 000 € d’amende. Toutefois, une italienne sur 4 a tout de même perdu son emploi l’an dernier suite à un congé maternité

En France

Pas de quoi pavoiser ! Selon l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), en 2010, une française de 39 ans n’ayant jamais interrompu sa carrière pour raison familiale (congé maternité, congé parental) gagne 23% de plus que les autres… Et malgré le droit qui est de leur côté, une femme sur 4 a ressenti de la discrimination à son travail enceinte ou jeune maman. Encore de gros efforts à fournir en perspective !

Publié le 02-09-2013 à 09:09 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #enpratique

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Choisir le bon stérilisateur

Choisir le bon stérilisateur

Stériliser les biberons de votre bébé permet de détruire les microbes. C'est la garantir d'une bonne...
Lire la suite

Faire travailler son périnée au tout début de la grossesse

Faire travailler son périnée au tout début de la grossesse

Responsable de fuite urinaire ou de prolapsus lorsqu'il est mal cicatrisé, le périnée doit être préparé le...
Lire la suite

Guides d'achat équipement, chambre et déco

Guides d'achat équipement, chambre et déco

S'équiper pour bébé, préparer sa chambre, la décorer... On a pensé à tout!
Lire la suite