Don d'organe : l'Ordre des médecins s'oppose au prélèvement automatique

Les députés ont adopté en première lecture un amendement relatif au consentement présumé au don d'organe, ce qui a suscité une vive réaction du Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM), qui s'y oppose fermement.
Don d’organe : l’Ordre des médecins s’oppose au prélèvement automatique
Don d’organe : l’Ordre des médecins s’oppose au prélèvement automatique

Prélèvement automatique d'organe : les médecins en colère ?

La corde est tendue entre les médecins et les parlementaires après l'amendement relatif au consentement automatique de don d'organe. Adoptée en première lecture le 14 avril dernier, cette mesure, entrant dans le cadre du projet de loi de santé, est devrait entrer en validité en 2018. Selon les députés, le don d'organe sera présumé automatique chez toute personne majeure décédée, à l'exception de celles dont le nom est inscrit sur le registre national des refus. Les proches ne seront plus consultés mais seulement informés du prélèvement d'organes et de leur utilisation.

L'Ordre des médecins dit non au don d'organe automatique

Le CNOM affiche clairement son opposition à ce vote de l'Assemblée nationale. Selon cette entité, le prélèvement d'organes doit être subordonné à la décision de la personne décédée et, à défaut, doit être effectué selon l'avis de ses proches. Dans un communiqué émis le 27 avril 2015, l'Ordre des médecins insiste sur l'importance capitale du consentement de l'entourage dans ce type de processus. Selon le Dr Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologique de cet organisme professionnel, une telle décision peut provoquer l'incompréhension, tant auprès des médecins effectuant le prélèvement qu'auprès de la famille de la personne décédée. L'image du médecin risque d'être ternie par cet amendement, dans la mesure où il pourrait passer aux yeux du public pour quelqu'un qui « pique » un organe en vue de l'intégrer au fonctionnement d'un autre organisme. Le médecin pourrait ainsi être apparenté à quelqu'un qui recherche une pièce manquante dans une décharge pour réparer un véhicule. Afin d'éviter un tel scénario, l'Ordre considère qu'il est impensable de procéder à un prélèvement sans l'avis des proches.

Prélèvement d'organes : la création d'un double registre

Farouchement opposé au don d'organe automatique, le CNOM propose la création d'un double registre. Parallèlement au registre national de refus déjà existant, il préconise la mise en place d'un registre de consentement. Dans le cas où la personne n'est inscrite sur aucun des deux registres, le dispositif actuel doit être appliqué. Le prélèvement ne serait donc effectué qu'avec l'accord de la famille. La mise en place de ce système permettrait de connaître l'avis de la personne de son vivant, et d'aider la famille à faire respecter son choix.

Publié le 13-05-2015 à 11:38 | Mis à jour le 30-04-2019 à 14:13 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Les souhaits émouvants d’enfants en soins palliatifs

Les souhaits émouvants d'enfants en soins palliatifs

Alastair McAlpine est pédiatre en soins palliatifs au Cas, en Afrique du sud. Ces patients sont des enfants...
Lire la suite

Les troubles dys : la dyscalculie

Les troubles dys : la dyscalculie

Mieux comprendre la dyscalculie et les enfants atteints de ce trouble. En France, entre 3 et 6 % des...
Lire la suite

Le Botox au secours de bébés malades

Non, la toxine botulique ne sert pas uniquement à figer totalement l’expression des actrices ou des...
Lire la suite