Divorce : les parents à mi-temps

Garde partagée, résidence alternée... A la suite d'un divorce ou d'une séparation, ce type d'organisation est de plus en plus mis en place pour les enfants de parents divorcés. Qu'elle soit consécutive à un accord à l'amiable ou qu'elle fasse suite à une décision du juge, la résidence alternée offre aux parents la possibilité de garder le contact avec leur enfant.
Divorce : les parents à mi-temps
Divorce : les parents à mi-temps

Comment s'organiser ?

La garde alternée est un mode de fonctionnement fréquemment observé lors d'un divorce.

Pour qu'elle soit viable, il est indispensable que les parents résident dans une zone géographique proche, afin de permettre à l'enfant de garder le même environnement : nourrice, crèche ou école, mais aussi proximité avec les copains, et l'environnement quotidien.

La fréquence de l'alternance est à définir entre parents ou peut être soumise à l'approbation d'un juge si les deux parties ne peuvent se mettre d'accord. Sauf décision contraire, les parents conservent l'autorité parentale, c'est-à-dire qu'ils doivent pouvoir se consulter pour prendre à deux les décisions concernant l'enfant.

L'alternance peut se faire de façon hebdomadaire ou sur un mois.

La garde alternée : l'avis des pédiatres

Les pédiatres sont partagés sur ce fonctionnement. Pour certains, l'enfant, et notamment le tout-petit, ne doit pas être séparé de sa mère plus de quelques jours, car avant un an il se construit en relation avec elle.

Pour autant, le père a son rôle et sa fonction à jouer dans le processus de construction de personnalité de l'enfant. D'où la difficulté à trouver un statu quo acceptable... En tout premier lieu pour l'enfant lui-même, indépendamment des sentiments ou des velléités des parents !

Tous les enfants ont besoin de stabilité, et la séparation peut mettre à mal ce besoin. Il est donc primordial de suivre une organisation « carrée », qui va leur permettre d'appréhender cette nouvelle façon de vivre en étant tantôt chez papa, tantôt chez maman.

Il doit pouvoir bénéficier d'une chambre à lui, dans laquelle il retrouvera ses objets et son univers tel qu'il l'a laissé la dernière fois, afin de permettre ce sentiment de continuité et de stabilité.

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Pauvreté : les enfants victimes de la crise

19,5 % des enfants français vivaient en 2011 dans un foyer sous le seuil de pauvreté. Une situation...
Lire la suite

Prévenir les accidents domestiques

Prévention des accidents domestiques ou de la vie courante
Lire la suite

Se marier

Le mariage

Se marier, se remarier... Et vive les familles recomposées! Alors que de plus en plus d'enfants naissent...
Lire la suite