Diabète gestationnel : on fait le point !

Publié le 14-10-2014 à 15:49 | Mis à jour le 23-11-2017 à 14:25 | Auteur : Isabelle DAMIRON
Quelles sont ses conséquences pour bébé ? Comment le repère-t-on ? Peut-on le prévenir ? On fait le tour de la question du diabète gestationnel, ou diabète de grossesse.
C'est quoi le diabète gestationnel ?
C'est quoi le diabète gestationnel ?
Publicité

Si vous êtes déjà diabétique, votre traitement sera éventuellement adapté durant votre grossesse ; mais si vous ne l'avez jamais été et qu'un diabète survient, on parle alors de diabète gestationnel. Cette pathologie est intimement liée à votre état : elle n'existait pas avant et disparaîtra après la naissance de bébé.

De quoi parle-t-on ?

Le diabète se traduit par une intolérance aux glucides (sucres). Le taux de sucres dans le sang (la glycémie) augmente suite à un dysfonctionnement de la production d'insuline par le pancréas.
En temps normal, si l'on ingère des glucides, le pancréas les détecte et produit de l'insuline qui va permettre aux glucides de pénétrer dans les cellules de l'organisme et d'être transformés en énergie.
Dans le cas d'un diabète, la production d'insuline est insuffisante ; les glucides ne sont pas stockés correctement, la glycémie augmente, avec des effets potentiellement dangereux.

Le diabète gestationnel

Il s'agit d'une complication relativement fréquente puisqu'on estime à environ 5% la proportion de femmes enceintes touchées. Il s'agit d‘un diabète transitoire : il apparaît typiquement au second trimestre de la grossesse (entre 26 et 30 semaines de grossesse).

Pourquoi apparaît-il ?

A ce stade de la grossesse, l'organisme de la future mère commence à produire l'hormone lactogène placentaire. Cette hormone jouera un grand rôle dans la mise en place du processus de lactation, mais elle a aussi pour conséquence de provoquer une insulinorésistance : les récepteurs du pancréas détectent mal le glucose et la production d'insuline s'en trouve ralentie. Chez la plupart des femmes enceintes, la production d'insuline va augmenter pour pallier cette défaillance ; mais, chez certaines, ce n'est pas le cas : c'est le diabète gestationnel.
A noter, plusieurs facteurs de risques :

  • le surpoids
  • l'âge (30 ans et plus)
  • des antécédents de diabète dans la famille
  • des antécédents de diabète gestationnel, d'hypertension, d'infection urinaire, d'hydramnios ou de macrosomie fœtale lors de grossesses précédentes.

Comment le détecter le diabète ?

Un diabète gestationnel peut passer inaperçu : on le dit alors asymptomatique (pas de symptômes). Parfois, la femme enceinte peut ressentir une fatigue intense accompagnée d'une soif importante et de très fréquentes envies d'uriner. Mais ce sont différents tests qui permettent de mettre en évidence un diabète gestationnel : d'abord le dépistage de la glycosurie, c'est-à-dire de glucose dans les urines, réalisé à chaque analyse durant la grossesse ; ensuite, le test de charge, qui intervient entre la 24e et la 28e semaine et qui consiste en une ingestion de glucose. LA glycémie est mesurée 2 heures pluys tard. Si elle dépasse 1,53g/L, on peut alors parler de diabète gestationnel.

Quel traitement contre le diabète ?

En cas de diabète gestationnel déclaré, il faut tout d'abord adapter son alimentation : un régime pauvre en glucides est indispensable ainsi qu'un contrôle quotidien de la glycémie, qui ne doit pas excéder 0,92g/L à jeun. La consultation d'un nutritionniste peut s'avérer bénéfique !
Ne pas négliger l'activité physique : si votre grossesse vous le permet, marcher, nager ou pratiquer une gymnastique douce au moins 4 fois par semaine, à raison de 30 à 40 minutes par séance doit vous permettre de maintenir votre glycémie à un taux correct.
Enfin, si aucune de ces deux méthodes ne fonctionnent, les injections d'insuline seront nécessaires. Les antidiabétiques oraux sont déconseillés aux femmes enceintes.

La diabète : Quels risques ?

Dépisté à temps et correctement pris en charge, un diabète gestationnel n'occasionne ne général aucune séquelle pour maman et pour bébé. Toutefois, il ne faut pas le prendre à la légère car ses conséquences peuvent être graves !

Pour la mère :

La prééclampsie est à la fois la complication la plus répandue et la plus grave du diabète gestationnel. Ce syndrome englobe :

  • Une prise de poids importante et anormale ;
  • Des œdèmes, particulièrement au niveau des mains, des pieds et des articulations (chevilles, poignets) ;
  • Une hypertension artérielle ;
  • Et, in fine, une toxémie gravidique (complications rénales).

La prééclampsie nécessite la plupart du temps un accouchement prématuré par césarienne, ce qui permet également de minimiser les risques de transmission d'un diabète de type 2 à l'enfant.

Pour le bébé :

  • Une macrosomie : le glucose excédentaire passe de l'organisme maternel à celui du bébé qui le stocke sous forme de réserve. Résultat : des bébés pesant fréquemment plus de 4 kg, et des accouchements parfois difficiles...
  • Une détresse respiratoire liée aux complications de l'accouchement ;
  • Une hyperglycémie à la naissance, consécutive au stockage du glucose ;
  • Enfin, le risque de développer un diabète de type 2 à l'avenir.

Bref, s'il est aujourd'hui facilement et rapidement détecté et pris en charge, le diabète gestationnel n'en reste pas moins une complication sérieuse de la grossesse. Ne négligez pas vos contrôles urinaires mensuels et faites le test de charge : un gage de tranquillité...

Vous aimerez aussi

Grossesse et infection urinaire

Grossesse et infection urinaire

Les infections urinaires touchent 1 femme enceinte sur 10. On fait le point.
Lire la suite

Laetitia Milot (Plus Belle La Vie) est enceinte : elle gagne son combat contre l

Laetitia Milot (Plus Belle La Vie) est enceinte : elle gagne son combat contre l'endométriose

L'actrice française a annoncé sur son compte Instagram la bonne nouvelle : après 10 ans de combat contre...
Lire la suite

Un bébé de 10 mois pèse 28 kilos : l'obésite infantile

Au Mexique un bébé de 10 mois pèse 28 kilos

Un bébé de 10 mois, vivant au Mexique, pèse 28 kilos à 10 mois. Une obésité infantile dangereuse pour sa...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus