Des antidépresseurs dans le biberon : une mère attend son verdict

À Amiens, une mère de 28 ans est poursuivie pour avoir placé des antidépresseurs dans le biberon de son bébé. Ce qui fait basculer le nouveau-né dans un coma à plusieurs reprises.
Image d'illustration

L’instruction a été laborieuse. La mère a été mise en examen en 2011, s'explique devant le tribunal en 2015. Les faits remontent pourtant à 6 années auparavant.

L'enfant plonge dans des états comateux

Le 16 septembre de cette année-là, le papa de l’enfant constate que son bébé de trois mois se trouve dans un état comateux. L'enfant est alors évacué à l’hôpital d’Amiens, en réanimation, puis en neurologie. Les analyses mettront alors en évidence la présence de psychotropes dans son corps.
Soupçonnée de verser des médicaments dans le biberon du bébé, la mère ne sera plus laissée seule avec son enfant. L’état de santé du bébé s’améliore alors très rapidement. Aujourd'hui, le petit garçon de six ans, longtemps séparé de sa mère, ne semble pas présenter de séquelles.

La mère nie les faits en bloc

La mère a été jugée mercredi devant le tribunal correctionnel d’Amiens pour "administration habituelle de substance nuisible à une personne vulnérable". Elle nie les faits qui lui sont reprochés.
Selon un expert, la jeune femme pourrait avoir reporté sur le nourrisson le syndrome de Munchausen : un problème psychologique qui entraine "un besoin de simuler une maladie ou un traumatisme dans le but d’attirer l’attention ou la compassion."

L’avocate a plaidé la relaxe, car aucune preuve formelle n'existe contre sa cliente. Le parquet a toutefois requis 18 mois de prison avec sursis ou une peine de mise à l’épreuve. Le jugement sera rendu le 25 mars.

Publié le 16-03-2015 à 14:34 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Les enfants boivent davantage de…café !

Ce n’est pas une blague : selon cette étude américaine, si les plus jeunes délaissent un peu les...
Lire la suite

26 semaines, un cap important pour les grands prématurés

26 semaines, un cap important pour les grands prématurés

Selon une étude espagnole, c'est à partir de 26 semaines que les bébés prématurés auraient les meilleures...
Lire la suite

Les ovaires polykystiques (syndrome OPK)

Les ovaires polykystiques (syndrome OPK)

Le syndrome des ovaires polykystiques (Syndrome OPK), qui a été également appelé Syndrome de...
Lire la suite