Dépression post-partum : un congé plus long, la solution ?

Des chercheurs américains ont déterminé qu’un congé maternité de 6 mois, chez les femmes jugées "à risque" de dépression, favoriserait une meilleure santé mentale.
Image d'illustration

Attention : les résultats de cette enquête sont très fortement liés au contexte américain, l’un des trois seuls pays au monde (avec le Swaziland et la Nouvelle-Guinée) à ne pas prévoir de congé maternité indemnisé. Légalement, les jeunes mamans américaines ont droit à 12 semaines de congé non payé suite à l’accouchement.

Les scientifiques de l’université du Maryland ont suivi 8 000 femmes venant d’accoucher. Leur état psychologique a été estimé entre 6 et 12 semaines après la naissance, puis 6 et 12 mois plus tard. IL en ressort que 7% des femmes sont retournée travailler au bout de 6 semaines, 46% au bout de 12 semaines et 87% au bout de 6 mois.

Celles qui ont pris le plus de temps après la naissance de leur bébé avant de retourner au travail ont clairement montré un risque plus faible que les autres de développer une dépression post-partum. 6 mois de congé maternité semble donc être la durée idéale, et les 12 semaines du congé légal américain, bien trop courtes…

A savoir : la première année suivant la naissance est à haut risque de dépression : environ 13% des jeunes mamans sont susceptible d’être touchée par la dépression post-partum, une pathologie très différente du baby blues…

Source : santelog.com

Publié le 19-12-2013 à 14:53 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Gros plan sur : le placenta accreta

Gros plan sur : le placenta accreta

Cette pathologie du placenta a été récemment sous le feu des projecteurs : la star Kim Kardashian a révélé...
Lire la suite

Pays de Galles : un bébé de 450 grammes à la naissance souffle sa première bougie

L’histoire de Benjamin Astbury émeut toute la communauté des internautes.
Lire la suite