Cordon ombilical : coupé tardivement, un atout santé

Et si le cordon ombilical de nos bébés était coupé trop vite à la naissance ? Une étude américaine relève les effets positifs d’un cordon sectionné plus tardivement.
Image d'illustration



Le fait est connu des toutes celles qui s’intéressent de près à l’accouchement naturel : plus le cordon ombilical de bébé est coupé tardivement, meilleurs seraient les derniers échanges entre l’organisme maternel et celui de bébé, particulièrement au niveau du taux de fer dans l’organisme !

Des chercheurs du Massachussetts General Hospital (Etats-Unis) viennent de le confirmer : ils ont comparé les effets sur la santé de bébé en coupant le cordon avant la fin de la première minute "à l’air libre", et après 1 à 2 minutes hors du ventre maternel. Les résultats sont sans appel : les bébés dont le cordon a été coupé plus tardivement ont un meilleur taux d’hémoglobine et leurs réserves en fer, contrôlées au bout de 6 mois, sont plus importantes ! Avantage non négligeable : ce fer biodisponible permet de compenser la faible présence de ce nutriment essentiel dans le lait maternel…

Cette étude bat également en brèche l’idée reçue selon laquelle couper le cordon immédiatement protégerait la mère d’une hémorragie : ce ne serait pas le cas, l’hémorragie post-partum ayant bien d’autres origines… Les chercheurs insistent également sur le fait qu’attendre avant de sectionner le cordon ombilical est valable pour les naissances par voie basse, mais aussi pour les césariennes !

Publié le 16-07-2013 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #accouchement

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Miracle au Canada

Un bébé déclaré mort a été sauvé grâce à la vigilance de policiers canadiens.
Lire la suite

Accoucher sans douleur et sans péridurale, possible ?

Accoucher sans douleur... Et sans péridurale ?

On en parle peu, mais d'autres moyens de gérer la douleur de l'accouchement de façon médicamenteuse...
Lire la suite

Survie des très grands prématurés : pas de miracles…

Selon une étude australienne, malgré les grands progrès médicaux de ces dernières années, la survie des...
Lire la suite