Célibat et envie d'enfant

Image d'illustration

Faire un bébé toute seule n'est plus chose rare. Faute de trouver le bon compagnon de route au bon moment, de plus en plus de femmes décident d'avoir recours à l'adoption ou à l'insémination artificielle afin de réaliser leur rêve de devenir maman. Mais concevoir et élever un enfant seule est loin d'être chose facile...

L'insémination artificielle

Ce n'est pas parce que l'on se passe d'un homme pour concevoir son bébé qu'on n'a pas envie de le porter. Pour vivre sa grossesse pleinement malgré l'absence d'un compagnon, il est possible d'avoir recours à l'insémination artificielle. Cependant, la PMA (procréation médicalement assistée) est très réglementée en France. Elle est essentiellement réservée aux personnes infertiles ou susceptibles de transmettre une maladie à l'enfant. Rares sont les femmes célibataires et en bonne santé qui en bénéficient. C'est pourquoi elles sont obligées de se tourner vers la Belgique ou l'Espagne, où toutes les demandes d'insémination artificielle sont traitées sur un même pied d'égalité.

Adopter quand on est célibataire

Quand le désir d'enfant se fait sentir, mais qu'il est trop tard pour entamer une grossesse ou que celle-ci n'est pas envisageable pour des raisons personnelles, il est possible de recourir à l'adoption, ouverte aux célibataires. Mais compte tenu de la « pénurie » d'enfants confiés à l'adoption internationale, il faut s'attendre à ne pas avoir le choix en termes d'origine et d'âge de l'enfant. De plus, nombre d'organismes agréés pour l'adoption et de pays étrangers ne voient pas d'un bon œil l'adoption par les célibataires. C'est pourquoi ces derniers se voient généralement confiés des enfants de plus 5 ans ou dits « à particularité » (handicap, fratrie...). Pour ajouter à la difficulté, les hommes célibataires souffrent également d'une suspicion parfois inconsciente de pédophilie qui fait que leurs dossiers sont souvent rejetés...

Élever son enfant seule

Que l'on ait choisi l'insémination artificielle ou l'adoption pour devenir parent solo, il est essentiel d'être sûr de son choix. Le parcours pour y parvenir est si difficile et compliqué qu'il faut avoir les reins solides et un moral d'acier pour se passer du soutien d'un compagnon de route. Une fois l'enfant arrivé, ce sont les questions d'éducation qui se bousculent. Dans le cas d'une adoption, les parents adoptants se retrouvent confrontés aux mêmes problèmes que des parents biologiques une fois passés les premiers mois de vie. Puis, lorsque l'enfant est en âge de s'interroger sur ses origines et son environnement familial, comment lui expliquer que l'on a sciemment décidé de l'élever sans la présence d'un père, par exemple ? En cas de difficulté, il ne faut surtout pas hésiter à se tourner vers une association spécialisée.

En savoir plus :

Le site de l'agence française pour l'adoption
Natisens.com, un site consacré à la PMA

Parent-solo.fr, réservé aux parents solos

Publié le 28-03-2011 à 11:55 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #enviedebebe

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Thyroïde et infertilité

Thyroïde et infertilité

Les causes de l'infertilité sont nombreuses, mais peuvent être liées à un dérèglement de la thyroïde. La...
Lire la suite

La tokophobie, quels remèdes?

La tokophobie, quels remèdes?

La tokophobie, ou peur panique de l'accouchement, est une angoisse irraisonnée de l'accouchement qui,...
Lire la suite