Automédication : attention danger !

Publié le 15-10-2013 à 11:59 | Mis à jour le 25-10-2017 à 17:10 | Auteur : Isabelle DAMIRON
L'automédication, c'est pratique, mais cela peut aussi être dangereux.
Image d'illustration
Publicité
L'automédication, c'est pratique, mais cela peut aussi être dangereux.

On appelle automédication l'utilisation de médicaments sans avis médical préalable. Les études montrent que plus de huit Français sur 10 y ont recours. Pourtant, cette pratique n'est pas sans risques.

Les risques de l'automédication

Chaque année, 125 000 personnes sont hospitalisées suite à l'ingestion de médicaments inappropriés. Les risques liés à l'automédication sont nombreux. Elle peut en effet provoquer :

  • un retard dangereux dans le diagnostic médical lié à une disparition, partielle, totale ou temporaire, des symptômes permettant le diagnostic ;
  • des problèmes secondaires, voire des intoxications (mauvais dosage, mauvaise répartition dans la journée, mauvaise administration) ;
  • un effet de « rebond » si le traitement est interrompu trop tôt ;
  • une dépendance à certaines substances, et un cercle vicieux (escalade dans les dosages) ;
  • des effets secondaires graves en cas de mélange avec d'autres médicaments, prescrits ou non.

Les risques spécifiques

L'automédication est particulièrement dangereuse pour les femmes enceintes (par exemple le recours aux suppléments vitaminiques et aux antalgiques, considérés, à tort, comme anodins), pour celles qui allaitent et pour les bébés.

Les familles ont tendance à recourir à l'automédication pour le deuxième enfant, pensant pouvoir se prévaloir de l'expérience acquise avec le premier. Or l'automédication des enfants implique de grands risques de surdosage ou d'utilisation de médicaments non adaptés.

Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus