Attention, fragile ! La MSN

La mort subite du nourrisson (MSN) est, dans les pays industrialisés, la première cause de mortalité entre un et douze mois. Il est essentiel pour les parents de permettre la réalisation d'une autopsie médicale, afin de tenter d'expliquer le drame. En amont, il y a des gestes simples à observer afin de ne pas favoriser les risques.
Prévention : La mort subite du nourrisson
Prévention : La mort subite du nourrisson

Le sentiment de cupabilité

La mort subite du nourrisson constitue un traumatisme évident pour les parents qui, au-delà du chagrin et du désespoir, éprouvent souvent une profonde culpabilité.

Ce sentiment est lié à l'ignorance du problème de la MSN. Le médecin joue alors un rôle capital dans la prise en charge psychologique.

En examinant le corps du bébé en présence des parents, il va rechercher la présence d'éventuels symptômes, du type température rectale, signes de déshydratation, purpura...

L'importance de l'autopsie médicale

Si le médecin considère la mort comme suspecte, par exemple en décelant des traces de sévices, il refusera de signer le certificat de décès et demandera la réalisation d'une autopsie médico-légale. Un acte à ne surtout pas confondre avec l'autopsie médicale qui, depuis près de vingt ans en France, est assurée par les C.H.R sans participation financière exigée des parents.

L'autopsie médicale permet d'apporter des éléments de réponses sur la mort du nourrisson, à défaut de fournir systématiquement une explication concrète. Il n'y a pas toujours une seule cause expliquant la MSN, mais un certain nombre de facteurs susceptibles d'avoir entraîné le décès.

Les moyens d'effectuer une prévention efficace

La position ventrale pendant le sommeil du bébé a été clairement désignée depuis les dix dernières années comme un facteur de risque majeur. C'est pourquoi les pédiatres recommandent toujours de coucher les nourrissons sur le dos.

L'excès de chaleur (vêtements trop chauds, pièce surchauffée) favoriserait aussi le risque de MSN.

Enfin, il convient de s'assurer également que son visage reste dégagé, qu'il ne risque pas de s'enfouir et qu'il respire donc à l'air libre.

Autre point auquel les parents ne songent pas toujours, il ne faut pas s'endormir avec lui dans votre lit.

Pour en savoir plus

Publié le 10-07-2013 à 11:06 | Mis à jour le 18-05-2018 à 20:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #sante

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

Vous aimerez aussi

Enfants : attention au cholestérol !

Le cholestérol n’est pas réservé qu’aux adultes : jusqu’à 5% des enfants en auraient, déclare cette...
Lire la suite

Diabète et diversification : une question de timing

Le diabète de type 1 (insulino-dépendant, ou encore "diabète sucré") ne cesse de se développer chez les...
Lire la suite

Hypertension et grossesse : un couple à haut risque

Une hypertension liée à la grossesse peut survenir au cours des 9 mois ; la plupart du temps, elle est...
Lire la suite