Apprentissage de la propreté : l'été est une période idéale

Votre enfant entre à l'école en septembre et il n'est pas encore propre ? Si certaines écoles, notamment dans les petites villes acceptent les enfants pas tout à fait propres, d'autres, au contraire, se montrent plus exigeantes. Alors, si votre enfant n'est pas propre, pas de panique on vous donne nos conseils.
L'apprentissage de la propreté
L'apprentissage de la propreté

Ne pas commencer trop tôt : pas avant 2 ans

Pas d'urgence. Il ne sert à rien de demander à votre enfant d'être propre avant 2 ans. En effet, une étude américaine a montré que forcer les enfants à être propre trop tôt, provoquerait des problèmes d'incontinence urinaire plus tard, parce qu'à trop se retenir, l'enfant « provoque un dérèglement des nerfs qui desservent la vessie » explique les médecins en charge de l'étude.

De plus, l'enfant, physiquement, la vessie et le sphincter ne sont pas matures avant la deuxième année de l'enfant. Il ne peut donc pas biologiquement contrôler ses envies, parce qu'il ne peut pas contrôler les muscles de l'appareil urinaire consciemment. 

Enfin, psychologiquement, avant 2 ans, l'enfant n'a pas la maturité intellectuelle et affective pour comprendre l'utilité de la propreté. Et c'est cette phase qui peut être longue...

Apprentissage de la propreté : patience et bienveillance

S'il existe une seule règle pour rendre un enfant propre c'est celle-ci : patience et bienveillance. 

En effet, forcer un enfant qui n'est pas prêt à devenir propre est contreproductif. 

Tout comme l'apprentissage de la marche ou du langage, le chemin vers la propreté dépend de chaque enfant. Et tout comme pour les autres étapes, vous n'apprenez pas la propreté à votre enfant, elle vient quand il est prêt, et vous l'accompagnez dans son apprentissage.

Les spécialistes de la petite enfance ont tendance à dire que tous les enfants deviennent propres entre 2 et 4 ans, par mimétisme, comme ils ont appris le reste. 

L'exigence de la propreté à 3 ans pour entrer à l'école maternelle est donc parfois une violence pour les enfants. Il est donc important de faire passer cette étape dans la plus grande douceur. 

Quels sont les signes qui montrent que votre enfant est prêt à devenir propre ? 

Quand votre enfant commence à prendre conscience de ce qui se passe dans sa couche, c'est une première étape. Et les enfants n'ont pas de complexe, ils vous le diront : « maman caca », « papa pipi » ! 

Ensuite, si vous constatez que votre enfant garde sa couche sèche pendant plusieurs heures, c'est un deuxième signe important. 

Quelles sont les méthodes pour aider votre enfant à devenir propre ? 

1. Présentez-lui le pot. Expliquez-lui à quoi il sert, mais sans pression. Si votre enfant s'en sert pour ranger ses peluches, ou qu'il s'assoit dessus, tout habillé, ce n'est pas grave, c'est déjà un jeu, ça veut dire qu'il n'a pas peur du pot.

2. Laissez-le venir aux toilettes avec vous. Alors, oui c'est parfois difficile de vaincre sa pudeur, quand on est adulte, on n'a pas vraiment tendance à inviter des gens aux toilettes avec soi, mais vous savez comme les enfants aiment le mimétisme. S'il vous voit aux toilettes, il va avoir envie de faire comme vous, et comprendra qu'il s'agit de quelque chose de classique, qu'on ne demande pas qu'à lui ! 

3. Encouragez-le à dire quand il a envie de faire pipi ou caca, et félicitez-le à chaque fois qu'il accepte d'essayer. Parfois, certaines enfants arrivent à faire pipi dans le pot mais pas caca. Ce n'est pas grave, laissez-le faire ses besoins dans la couche, le moment viendra tout seul, où il sera capable de faire dans le pot, et vous verrez, il sera alors fier de vous montrer ! 

4. Laissez votre enfant se promener sans couche la journée. C'est pour cela que l'été est une bonne période pour commencer l'apprentissage de la propreté. Il fait chaud, votre enfant est donc libre de se balader sans couche. S'il y a des accidents, ne vous énervez surtout pas. 

La méthode Fellom : la propreté en 3 jours

 Il existe une méthode, mise au point par une institutrice, Julie Fellom, qui garantie que l'enfant peut devenir propre en 3 jours. Bien entendu cette méthode ne peut fonctionner que si votre enfant est prêt ! 

Jour 1 

Laisser votre enfant nu de la taille ou pieds et observer les réactions de votre enfant. Soit celui-ci vous dira clairement les choses, soit vous remarquerez un changement dans son attitude : il arrête de jouer, l'expression de son visage change, etc. 

Proposez-lui alors le pot. Bien entendu ça ne marche pas du 1er coup ! Mais petit à petit vous le familiariser avec le pot et lui faites comprendre qu'il n'a plus de couches pour faire ses besoins. 

Julie Fellom affirme que 12 tentatives permettent à l'enfant de commencer à faire ses besoins dans le pot.

Jour 2 

L'apprentissage de la routine. Prévoyez une sortie hors de la maison ou du jardin. Expliquez alors à votre enfant, calmement, que vous allez sortir, qu'il n'a pas de couches, et qu'il pourrait faire ses besoins avant de partir. Idem avant le coucher. 

Jour 3

On refait la même chose que les jours 1 et 2 mais cette fois la sortie à l'extérieur doit durer plus longtemps, au moins 1 heure. Mettez-lui des vêtements faciles à enlever et prenez des changes avec vous, si jamais il y a un accident. 

La méthode Fellom est assez efficace, mais encore une fois, seulement si votre enfant est prêt. Si vous constatez qu'il n'y a pas de résultat après le 2e jour, arrêtez et réessayer entre 6 et 8 semaines plus tard. 

Pot ou toilettes ? 

Le pot est bien adapté aux enfants. Il lui permet de poser ses pieds, d'être à l'aise. 

Une fois qu'il est bien à l'aise et propre dans le pot, il demandera de lui-même de passer aux toilettes « de grands ». 

Dans ce cas, prévoyez un adaptateur, pour ne pas qu'il y ait de risque de chutes, et un marche pied, pour que votre petit bout n'ait pas les jambes ballantes, dans une position inconfortable et qui peut, en plus, entrainer des problèmes physiologiques.

En effet, pouvoir poser les pieds permet de faire travailler correctement les muscles de la région anale. 

Apprentissage de la propreté : séparer le jour et la nuit

Il est plus facile pour un enfant de devenir propre la journée que la nuit. C'est difficile pour lui de se réveiller en ayant conscience qu'il veut aller aux toilettes. 

C'est pour cela que le mieux c'est l'apprentissage en 2 temps. Quand votre enfant est propre la journée et qu'il n'y a pas d'accidents pendant plusieurs siestes d'affilées, vous pouvez alors tenter de s'en passer. 

A partir de quand faut-il s'inquiéter ? 

Si passé 4 ans votre enfant refuse le pot ou qu'il ne sait pas se retenir, consultez un médecin. Les causes peuvent être nombreuses : physiologiques comme psychologiques. 

Par ailleurs, certaines enfants peuvent régresser pour des raisons diverses et variées, l'arrivée d'un nouveau bébé dans la famille par exemple. Pas d'inquiétude, reprenez depuis le début les étapes, sans le gronder


Vous aimerez aussi

Bébé sur son pot

Bien choisir le pot!

Ca y est, c'est décidé, votre enfant est prêt pour aller sur le pot ! C'est donc vous qui prenez...
Lire la suite

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté

Il dit "Pipi" ! Il va chercher son pot tout seul ! Il sait monter et descendre quelques marches...
Lire la suite

Comment aider bébé à devenir propre?

Comment aider bébé à devenir propre?

Pour votre bébé, passer des couches au pot et apprendre la propreté ne va pas de soi ! Quelques...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.