Accusés à tort de maltraiter leur bébé, des parents portent plainte contre l'hôpital

Émeline et Hedi sont un couple de jeunes parents. Leur vie bascule en 2016. Accusés à tort de maltraitance sur leur bébé d'un mois et demi, le nouveau-né leur a été enlevé. Ils ont décidé de porter plainte contre l'hôpital Robert Debré de Paris.
Accusés à tort, des parents portent plainte contre un hôpital
Accusés à tort, des parents portent plainte contre un hôpital

L'histoire débute le 28 novembre 2016. Émeline et Hedi un couple de jeunes parents constate que Owen, leur nourrisson d'un mois et demi, a sa jambe gauche enflée. Pensant à une piqûre d'insecte ou une allergie, ils décident de l'emmener à l'hôpital.

Sur place, les médecins constatent que le petit Owen a une fracture du fémur. Le personnel hospitalier redirige alors les parents et le nourrisson vers l'hôpital Robert Debré de Paris, spécialisé dans la prise en charge des bébés. 

« Tout s'effondre »

Interrogés par Le Parisien, les parents d'Owen racontent : « et là c'est la machine qui s'emballe. Tout s'effondre ». En effet, en voyant la fracture du bébé, l'hôpital pense à un cas de maltraitance et dès le 1er décembre 2016 font un signalement à la justice. 

Quelques jours plus tard, le 7 décembre, le parquet de Melun, saisi de l'affaire décide de confier le bébé aux services sociaux et l'enfant est placé dans une famille d'accueil. 

Or, quelques jours plus tard, le bilan sanguin du bébé révèle « une fragilité osseuse » possiblement causée par une carence en vitamine D du fœtus, pendant la grossesse d'Émeline. 

Cette conclusion médicale a permis la levée du placement, Émeline et Hedi ont pu retrouver leur petit garçon, le 23 février 2017...soit plus deux mois après ! 

Une plainte déposée contre l'hôpital

Les parents du bébé, qui a aujourd'hui 17 mois, ont décidé de se retourner contre l'hôpital Robert Debré. Ils racontent : « nous voulons que les médecins nous donnent des réponses et que la justice nous déclare officiellement innocents ». 

« Les premiers examens sur Owen l'ont été dans le cadre d'une suspicion de maltraitance. Ce n'est qu'après son placement que d'autres recherches ont été réalisées et parce que nous les avons réclamés » poursuivent-ils.

L'hôpital, quant à lui se défend en déclarant que la décision du placement de l'enfant a été décidé par la justice et non par l'hôpital. 


Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus