Accouchement à domicile : bonne ou mauvaise idée ?

Image d'illustration

Près de neuf naissances sur dix dans le monde est un accouchement à domicile (AAD). Si dans les pays du nord de l’Europe, cette pratique a le vent en poupe, la France affiche une certaine réticence puisque 1 % seulement des couples optent pour cette solution. Ce qui relance le débat entre les adeptes de ce type d’accouchement et celles qui sont contre.

Pourquoi choisir l’accouchement à domicile ?

Le premier avantage de l’accouchement à domicile est qu’il permet à la future maman de rester dans un cadre familier. Cela peut dissiper les craintes de celles qui peuvent se sentir stressées par un environnement nouveau, notamment hospitalier. Cette alternative leur permet également de choisir la position qu’elles souhaitent pour accoucher, au contraire de l’hôpital qui impose à la future maman d’être couchée sur une table de travail. De même, le père de l’enfant est plus impliqué, aussi bien au moment des préparatifs qu’au cours de l’accouchement.

Pour une plus grande sécurité, la mère est assistée par une sage-femme ou un médecin depuis la grossesse jusqu’à la naissance de l’enfant. Cet accompagnement garantit généralement un accouchement sans difficulté. Enfin, le volet financier n’est pas à négliger puisqu’un tel accouchement coûte en moyenne 312 euros et est remboursé par la Sécurité sociale si la sage-femme est subventionnée. À l’hôpital, il faut prévoir jusqu’à 3 000 euros si la mère et l’enfant restent pendant 3 jours.

Les limites de l’accouchement à domicile

L’accouchement à domicile n’est pas conseillé si la future maman possède des antécédents médicaux qui peuvent mettre en péril la santé du bébé ou de sa mère. C’est le cas notamment si la femme a déjà accouché par césarienne, si elle souffre d’hypertension ou de diabète gestationnel, si elle attend des jumeaux, si elle arrive à plus de 42 semaines de gestation, ou si le bébé se présente en siège.
Par ailleurs, selon les statistiques, le risque de mortalité du nourrisson durant le premier mois est trois fois plus élevé lorsqu’il est né à domicile. Les parents sont toujours obligés de prévoir une solution d’urgence comme la réservation d’une place dans une clinique et un transport médicalisé, au cas où des complications surviendraient. L’accouchement à domicile présente des avantages et des inconvénients, mais il appartient au couple de fixer leur choix en pesant le pour et le contre. Il est cependant toujours conseillé de faire un minimum de préparation à domicile en cas d’urgence ou d’accouchement prématuré qui ne peut attendre une évacuation à l’hôpital.

Publié le 05-05-2015 à 19:57 | Mis à jour le 18-05-2018 à 22:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #accouchement

Vous aimerez aussi

L’accouchement à domicile en voie de disparition ?

Les sages-femmes libérales pratiquant l’accouchement à domicile (AAD) tirent la sonnette d’alarme !
Lire la suite

Témoignage : La naissance d’Emma et Laureen

La naissance d'Emma et Laureen

Double surprise pour Aurélie : un grossesse qu'elle n'attendait pas, et en plus, ce sont des...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus