12 mois : quels produits laitiers pour bébé ?

Toujours petit, déjà grand ! A 1 an, votre bébé est diversifié depuis plusieurs mois ; à présent, le contenu de son assiette, même s’il reste adapté à son âge et ses besoins, se rapproche de plus en plus du vôtre. Mais qu’en est-il des produits laitiers ?
12 mois : quels produits laitiers pour bébé ?
12 mois : quels produits laitiers pour bébé ?

Produits laitiers : quelle quantité à 12 mois ?

Votre bébé mange presque de tout : fruits, légumes, viande, poisson, céréales, matières grasses, tous ses apports nutritionnels sont assurés par une alimentation variée et équilibrée, dans laquelle le lait occupe encore une place importante. On estime que l’apport doit être, à cet âge, de 500 à 750 ml par jour.

Si bébé est toujours allaité, vous n’avez pas vraiment de question à vous poser … Il faudra quand même tenter de lui présenter le lait sous d’autres formes : fromage blanc, yaourt, voire flan préparé avec votre propre lait (c’est facile !), sans compter l’ajout de lait à ses purées et compotes, bébé doit pouvoir se familiariser avec de nouvelles textures !

Si vous n’allaitez pas, privilégiez le lait de croissance dit « 3e âge », ou, en l’absence de contre-indication, le lait de vache entier que votre enfant tolère maintenant sans problème. Répartissez les prises au cours des différents repas de la journée.

Le lait maternel

Le saviez-vous ? Votre lait sait s’adapter au régime alimentaire de bébé tout au long de sa croissance. Ainsi, à 12 mois, alors que son alimentation se diversifie et s’enrichit, notamment en protéines, le lait maternel, lui, conserve un taux de protéines et de calories bas pour éviter tout surplus. En revanche, comme la phase de diversification est toujours en cours et que bébé ne mange pas encore « de tout », la proportion de vitamines, minéraux et surtout acides gras essentiels reste, elle, élevée, pour couvrir tous ses besoins. Bref, 500 ml de lait maternel/jour complètent idéalement ses repas solides.

Le lait de croissance ou « 3e âge »

Ses bienfaits sont parfois discutés ; le lait de croissance ne fait pas toujours l’unanimité… Formulé à base de lait de vache et enrichi en nutriment essentiels, il présente une quantité de protéines adaptée pour ne pas favoriser le surpoids. Il est aussi, parfois, aromatisé, ce qui donnerait de mauvaises habitudes à bébé… En la matière, c’est à vous de décider ; une chose est sûre, c’est que la composition des laits de croissance est étudiée pour s’adapter au mieux au régime alimentaire des enfants de 12 mois à 3 ans.

Le lait de vache

Lui non plus ne fait pas l’unanimité ! Tout d’abord, à cause de l’intolérance aux protéines de lait de vache qui touche jusqu’à 7,5 % des enfants. Mais ce n’est pas tout : le lait de vache entier (qu’il faut préférer au lait écrémé ou demi-écrémé avant l’âge de 5 ans) est calorique, mais pauvre en certains nutriment comme le fer, avec à la clé un risque de carence si, par ailleurs, bébé a une alimentation solide peu variée, ce qui est fréquent à 12 mois. En revanche, le lait de vache entier lui assure une juste dose de vitamine D, essentielle à sa croissance.

Les lait et jus végétaux

Attention, danger ! Si les formules de croissance fabriquée à partir de protéines végétales issues du riz ou du soja sont reconnues pour leur bonne qualité nutritionnelle, il n’en va pas de même des jus végétaux, parfois improprement appelés « laits » (d’amande, de noisette, de châtaigne, de soja, de riz…). En effet, ces boissons n’assurent pas les apports essentiels en vitamines et minéraux ; très caloriques, elles nuisent à la croissance plus qu’elles ne l’accompagnent ! Bref, ces produits ne sont pas conseillés pour l’alimentation des bébés. En cas d’intolérance aux protéines de lait de vache, un lait de croissance spécifique vous a été prescrit par le médecin : c’est la seule alternative sans danger.

Le lait, sous quelle forme ?

Les tétées ou le biberon, c’est bien, mais votre enfant teste déjà depuis plusieurs mois les textures solides : purées plus ou moins denses, petits morceaux fondants… Il est temps de lui proposer le lait également sous d’autres formes que liquide !

  • Laitages : à choisir natures, ni sucrés, ni aromatisés (à vous d’édulcorer le laitage avec un peu de sucre, voire du miel avec parcimonie). Certaines marques proposent des laitages spécialement formulés pour les tout petits : petit-suisse, yaourts ou crèmes dessert sont fabriqués à base de lait infantile de croissance, à teneur réduite en protéine pour ne pas surcharger son organisme, et enrichis en calcium, fer et vitamine D. A défaut, et en absence de contre-indication, vous pouvez proposer à bébé des laitages au lait entier.
  • Desserts lactés : flans ou crèmes dessert ne sont pas essentiels, mais bébé pourrait bien les apprécier ! A servir de temps en temps pour le plaisir… Préférez les produits spécialement formulés pour les tout-petits ; et pourquoi pas vous lancer vous-même dans la confection d’un flan ou d’une crème ?
  • Fromages : bien sûr, bébé va adorer ! Dans un premier temps, privilégiez les fromages pasteurisés pour éviter tout risque de salmonellose ou de listériose. Sous quelle forme familiariser bébé avec le fromage ? Si vous le donnez seul, vous pouvez commencer par du râpé (emmental, comté) ou de fines lamelles de fromages à pâte pressée, taillées avec un économe par exemple. Pour les fromages à pâte molle, préférez les (tout) petits cubes. Vous pouvez aussi incorporer le fromage dans ses plats ; méfiance cependant avec le râpé, qui ne doit pas former de masse en fondant, au risque d’être difficile à avaler.
Publié le 17-10-2017 à 00:00 | Mis à jour le 18-05-2018 à 22:59 | Rédacteur :
Plus d'articles sur : #alimentation

Vous aimerez aussi

Favoriser l'allaitement au travail

La semaine mondiale de l'allaitement qui se déroule en Suisse cette semaine axe ses travaux sur...
Lire la suite

Comportements alimentaires : petit ou gros mangeur ?

Comportements alimentaires : petit ou gros mangeur ?

Petits mangeurs ou gros mangeurs, comment décrypter et expliquer les comportements alimentaires des...
Lire la suite

L’allaitement de mon bébé avec une fente palatine

L'allaitement de mon bébé avec une fente palatine

Suzy voulait allaiter Gaël, mais n'y est parvenu qu'à grand-peine, pour diverses raisons... Une expérience...
Lire la suite

Réagissez en premier !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus