Chargement...

Les fausses couches spontanées à répétition

Publié le
  • 0
  • I
fausses couches à répétition avortements spontanés grossesse
Les fausses couches spontanées à répétition

On parle de fausses couches à répétition après trois avortements spontanés de suite. En France, 1 % à 3 % des couples seraient concernés. Malheureusement, pour 50 % d'entre eux, les fausses couches spontanées à répétition restent inexpliquées. Qu'en est-il des autres ? Quelles sont les raisons les plus fréquemment à l'origine de fausses couches spontanées à répétition et quelle est la conduite à tenir ?

 

 

 

Les causes fréquentes de fausses couches spontanées

 

La plupart des avortements spontanés trouvent une explication au cours d'un simple examen clinique :

  •  Malformation génitale
  •  Antécédents familiaux de fausses couches spontanées ou de phlébite
  •  Syndrome DES (malformations utérines liées au Distilbène)

Mais dans une écrasante majorité des cas, les fausses couches sont dues à une anomalie chromosomique chez l'embryon.

 

Lorsqu'une exploration complémentaire s'impose

En moyenne, une grossesse sur cinq se solde par un avortement spontané au cours des 12 premières semaines. Mais à partir de trois fausses couches spontanées à répétition, un bilan approfondi s'impose :

  •  Recherche d'une malformation utérine ou de fibromes
  •  Recherche d'une infection chez l'homme et la femme
  •  Recherche d'anomalies chromosomiques chez l'homme et la femme (caryotype parental)
  •  Étude de l'hémostase, à la recherche d'anomalies de la coagulation sanguine
  •  Bilan hormonal chez la mère (notamment analyse de l'activité du corps jaune)
  •  Exploration immunitaire (recherche de cellules cytotoxiques)

 

La conduite à tenir

En fonction des résultats du bilan parental complet, plusieurs pistes peuvent être explorées afin de remédier au problème de fausses couches spontanées à répétition :

  •  Un traitement vitaminique préventif
  •  Un traitement vasculaire (antiagrégant ou anticoagulant)
  •  Une stimulation ovarienne en cas de trouble hormonal
  •  Un traitement antibiotique en cas d'infection
  •  Une chirurgie en cas de malformation utérine
  •  Un accompagnement psychologique

Pour plus d'informations sur le sujet, n'hésitez pas à consulter un médecin.

 

 

 

 


Isabelle Damiron

 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
     

    Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

    Je m'identifie

    Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

    Mot de passe oublié ?

    Connectez-vous avec votre compte Facebook

    Se connecter
    Je m'inscris

    Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

    Je m'inscris