Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

La fertilité après une fausse couche

Publié le mis à jour le
  • 3
  • I
La fertilité après une fausse couche
La fertilité après une fausse couche

La fausse couche est une épreuve extrêmement douloureuse après laquelle on a vite envie de tourner la page. Une fois le travail de deuil effectué se pose la question de la reprise des essais et d'une nouvelle grossesse. Combien de temps faut-il laisser passer entre une fausse couche et la reprise des essais ?

Le deuil : une étape indispensable

Avant même de songer à entamer une nouvelle grossesse, une femme ayant vécu l'épreuve d'une fausse couche doit apprendre à faire son deuil. Que la grossesse ait été interrompue à ses tous débuts ou plus tard ne change rien : elle était de toute façon porteuse de joie et de projets brusquement interrompus. Un travail de deuil s'impose avant de pouvoir réinvestir un bébé de tous ses espoirs de bonheur à venir...

Laisser passer deux à trois cycles

Après une fausse couche, qu'elle se soit soldée par un curetage ou non, les professionnels de la santé recommandent de laisser passer deux à trois cycles avant de songer à concevoir un autre enfant. Toutefois, certaines femmes font le choix de retomber enceinte tout de suite, sans complications majeures. D'ailleurs, une étude écossaise parue dans le British Medical Journal en août 2010 démontre qu'une femme qui conçoit un bébé dans les 6 mois suivant une fausse couche a moins de chances d'en faire une nouvelle ou de rencontrer des complications durant sa grossesse qu'une femme qui attendrait 6 à 12 mois.

Conseils pour tourner la page avant de concevoir un autre enfant

Après une fausse couche, certaines femmes se confrontent à une infertilité psychologique. Comment surmonter cette épreuve et mettre toutes les chances de son côté pour la reprise des essais ?

  •  Relativiser. 1 grossesse sur 5 se solde par un avortement spontané. La plupart du temps, il s'agit d'un accident de parcours sans impact sur les grossesses suivantes.
  •  Parler. Exprimer l'éventuel sentiment de culpabilité, crier sa colère... Que l'on choisisse de s'adresser à une amie ou à un psy, l'essentiel est de se libérer du chagrin sans le nier.
  •  Rester soudés. Le père a un rôle important à jouer dans la rémission de la mère, mais aussi du couple. Il ne faut pas oublier que ce bébé, c'était aussi une histoire d'amour vécue à deux...

 

En savoir plus

Le compte-rendu d'une étude scientifique sur la fertilité après une fausse couche

 


Isabelle Damiron

 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
  • Invité
    Le 04/08/2016 à 00h00 par Invité
    J'ai 24 ans et ma première grossesse s'est soldée par une fausse couche extra-utérine... Depuis je n'arrive toujours pas à faire mon deuil, bien que ça date de plus d'un an et je suis complètement terrorisée pour l'avenir car j'ai peur de ne faire qu'enchainer les fausses couches et ne jamais pouvoir avoir d'enfants...
  • Invité
    Le 22/01/2016 à 22h12 par Invité
    Deux FC à la suite (7 SG à chaque fois, cytotec et la fois d'après curetagnecessaire ), 35 ans, déjà une petite de deux ans...pas traumatisée par ces deux évènements...mais inquiète sur la qualité de mes ovocytes. Avec problème opk connu depuis 3 ans. Juste un temoignage pour relativiser en effet : les FC ne sont oas tjs mal vécues. Tout dépend du délais d'attente, si l'on a déjà un enfant etc.
  • Invité
    Le 28/05/2013 à 12h51 par Invité
    Merci pour votre aide
 

Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

Je m'identifie

Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

Mot de passe oublié ?

Connectez-vous avec votre compte Facebook

Se connecter
Je m'inscris

Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

Je m'inscris