Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

La dépression post-partum

Publié le
  • 0
  • I
La dépression post-partum
La dépression post-partum

Construire une famille ou l’agrandir est un moment de joie pour les parents. Pourtant, derrière le bonheur apparent de la naissance, l’accouchement peut être suivi d’un véritable mal-être pour la maman. A la différence du baby blues que beaucoup de mamans traversent, la dépression post-partum est à détecter et à prendre en charge.

Différences entre le baby blues et la dépression post-partum

Le baby blues est un état passager de tristesse : pleurs inexpliqués, crainte de ne pas être à la hauteur et irritabilité surviennent fréquemment dans les premiers jours de bébé. La mère ressent ces sentiments durant 2 ou 3 jours. Il semblerait que ce soit dû aux changements hormonaux et au passage à une nouvelle vie, celle de maman.
La dépression post-partum ou dépression post-natale est une maladie qui s’installe profondément. Elle apparait dans les 6 mois suivant l’accouchement.

Symptômes de la dépression post-partum à détecter

Voici les principaux symptômes de la dépression post-partum :

  • Une absence de sentiments de joie. La maman ne se sent pas bien et ne ressent pas de plaisir face à son enfant ou dans les moments agréables de sa vie.
  • Une grande diminution ou une absence de vie sociale : la maman n’a ni l’envie ni le courage de voir ses amis, ses proches ou sa famille.
  • Un caractère changeant : une irritabilité, des sautes d’humeur, de l’agressivité ou une grande susceptibilité peuvent être présentes.
  • Un manque d'intérêt pour son bébé et pour elle-même : répondre aux besoins du bébé devient un acte difficile, tout comme s’habiller ou se nourrir.
  • Le sommeil est perturbé. La maman se réfugie dans le sommeil ou, à l’inverse, traverse des phases d’insomnie.
  • L’appétit, lui aussi, est modifié : perte ou augmentation d’appétit.
  • Le sentiment irrépressible d’être une mère incompétente. La maman est persuadée d’être en échec et inapte à être une bonne mère.
  • La maman est très préoccupée par son bébé : elle s’inquiète beaucoup, se fait sans arrêt du souci pour lui.
  • Les relations conjugales sont touchées : à côté des difficultés relationnelles, il y a aussi une perte d'intérêt pour les relations sexuelles.
  • La tristesse est très importante et peut être accompagnée de pensées suicidaires.


Face à certains de ces symptômes, il est important de réagir et de consulter un professionnel. Cet état, contrairement au baby blues, ne disparait pas de lui-même. Pire, il peut s’installer plusieurs années et empiéter sur la vie de la mère tant qu’elle n’est pas prise en charge !
Si vous êtes concernée ou si vous connaissez une maman concernée, n’ayez pas de gêne à en parler. La dépression du post-partum est une maladie qui touche 10 à 20 % des mères, sans signes avant-coureurs. Aucune pression ou sentiment de honte ne doit empêcher de consulter. La prise en charge par des professionnels de l’écoute est efficace et complète : des unités hospitalières parents-enfants à temps plein ou en accueil de jour, des consultations classiques, et, même, des interventions à domicile sont accessibles partout en France. N’hésitez pas à en parler à votre gynécologue ou à votre pédiatre.  


Isabelle Damiron

 

Commentez

Ajouter un commentaire

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour écrire un commentaire.

 

Commentaires

 
     

    Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

    Je m'identifie

    Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

    Mot de passe oublié ?

    Connectez-vous avec votre compte Facebook

    Je m'inscris

    Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

    Je m'inscris