Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

IVG : suites et complications

Publié le mis à jour le
  • 1
  • I
IVG : suites et complications
IVG : suites et complications

L'avortement n'est pas un acte anodin, qu'il soit réalisé par voie médicamenteuse ou par voie chirurgicale. Il comporte certains risques, mais ceux-ci sont très faibles dans les pays développés.

 

L'arrêt maladie

Il est prescrit par le médecin lors de la troisième consultation. Il dépend plus de la santé de la personne ayant subi l'IVG que de la méthode par laquelle celle-ci a été réalisée (médicamenteuse ou chirurgicale). Il est généralement de 24 h à 48 h.

 

Complications possibles

  •  Une non-évacuation ou une évacuation partielle lors d'une IVG médicamenteuse. Il faut alors recourir à une aspiration.
  •  Des lésions cervicales et des perforations (liées à la dilatation du col)
  •  Des hémorragies, des rétentions ovulaires, des infections, des synéchies (liées à l'évacuation du fœtus)
  •  Toutes les complications possibles liées à une anesthésie locale ou générale.

Ces risques peuvent être liés au pourcentage d'échecs de la méthode médicamenteuse, à l'acte chirurgical en lui-même ou à l'anesthésie (locale ou générale). Généralement, l'expérience du praticien permet de remédier au moment même de l'opération à ces complications (par exemple dans le cas d'une hémorragie).

N'oublions pas néanmoins que le pourcentage de complications sérieuses physiques est inférieur à 1 % dans les pays développés. La mortalité est de 1 à 2 cas par an sur les 210 000 avortements pratiqués. Aucun lien de causalité n'a été scientifiquement établi entre les IVG et une quelconque augmentation de la stérilité ou une plus forte propension à un cancer du sein.

Il existe également des complications psychologiques possibles, mais celles-ci sont différentes selon chaque femme. Elles sont évaluées par le médecin qui suit la patiente.

Pour plus d'informations sur le sujet, n'hésitez pas à consulter un médecin.

 

En savoir plus

 

Une fiche complète sur l'IVG sur le site de la faculté de médecine de Grenoble

 


Isabelle Damiron

 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
  • Invité
    Le 05/12/2016 à 11h39 par Invité
    Bonjour. J?ai 37 ans et on est en essaye avec mon mari déjà un demi-année.
    J?ai fait un avortement quand j?ai eu 18 ans, car ma situation sociale et économique ne m?a pas permis d?accoucher un bébé. Après la consultation chez le médecin il m?a dit que j?ai des adhérences péritonéales. Après j'ai changé 3 médecins et ils tous m'ont dit que se sera très peu probable de tomber enceinte pour moi et même si je tombe il y aurait un grand risque de fausse couche.
    J'ai honte et je regrette beaucoup de ce que j'ai fait... Je veux avoir mon propre enfant pour tout prix et j'envisage d'aller faire la GPA même si c'est interdit et immoral pour des autres. Je sais qu'on le fait aux États-Unis, mais c'est trop cher, alors je pense de l'Ukraine. La clinique Biotexcom me parait fiable.
 

Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

Je m'identifie

Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

Mot de passe oublié ?

Connectez-vous avec votre compte Facebook

Se connecter
Je m'inscris

Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

Je m'inscris