Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Les modes de vie responsables de l'infertilité masculine ?

Publié le
  • 0
  • I
Les modes de vie responsables de l'infertilité masculine ?
Les modes de vie responsables de l'infertilité masculine ?

Médicaments, alcool, tabac, stress ne feraient pas bon ménage avec la fécondité masculine. Les médecins réunis du 8 au 10 octobre, aux Entretiens de Bichât à Paris, affirment que les habitudes de vie ont une influence notable sur la santé des spermatozoïdes.

 


Interviewé par Le Parisien, le professeur Rachel Lévy, chef de service de biologie de la reproduction CECOS à l'hôpital Tenon à Paris, a insisté sur l'incidence du mode de vie sur la fécondité.

 

La qualité du sperme examinée en détail


La consommation de tabac, d'alcool, la prise de médicaments, le stress, l'exposition à la chaleur... peuvent aboutir à une augmentation locale de la température des testicules et nuire à la qualité du sperme.

Ce constat a été obtenu après l'observation d'hommes qui n'avaient pas réussi à avoir un enfant après deux ans de rapports sexuels. Spermogramme et spermocytogramme sont alors réalisés pour analyser le nombre de spermatozoïdes présents, leur mobilité, leur vitalité ainsi que les antécédents familiaux et les habitudes de vie du patient. « Dans 75% de mes consultations, je retrouve un facteur lié aux modes de vie », constate le médecin.

Après un changement de mode de vie de trois mois, de nouveaux examens sont réalisés afin de vérifier l'état du sperme. Trés souvent, le changement de mode de vie a suffit à améliorer l'état du sperme, mais lorsque les résultats reste anormaux, une investigation plus profonde est menée afin de trouver la cause de l'infertilité.

En effet, d'autres raisons peuvent conduirent à une infertilité: des facteurs hormonaux, génétiques, une infection, l'exposition à des polluants comme les pesticides ou à la pollution, etc.

 

L'infertilité masculine encore taboue


« Les méthodes d'assistance médicale à la procréation assistée (AMP) peuvent être utilisées, reprend le spécialiste. Le nombre de spermatozoïdes mobiles obtenus à l'issue des examens (test de migration survie ou TMS) permet d'en choisir la technique. »

Insémination artificielle , fécondation in vitro classique ou avec micro-injection (FIV-ICSI), «Chaque tentative voit entre 10 et 30% de chances d'aboutir à la naissance d'un enfant désiré, » affirme-t-il.

Demain, les enjeux portent sur l'amélioration de la qualité des gamètes, sur la sélection en ICSI du « meilleur spermatozoïde » et sur la possibilité d'une spermatogenèse in vitro, qui permettrait la production de spermatozoïdes matures prêts à être utilisés en ISCI. De quoi répondre encore mieux aux difficultés des hommes pour concevoir.
Encore taboue, l'infertilité est pourtant masculine dans près de 20% des cas. Elle est restée longtemps moins bien connue par les médecins.

 

Elie Caralp
 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
     

    Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

    Je m'identifie

    Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

    Mot de passe oublié ?

    Connectez-vous avec votre compte Facebook

    Se connecter
    Je m'inscris

    Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

    Je m'inscris