Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Rétinoblastome chez les bébés : un dépistage pour éviter les risques

Publié le
  • 0
  • I
Rétinoblastome
Rétinoblastome

Chaque année en France, un enfant sur 15 000 à 20 000 est concerné par le rétinoblastome. Les signes de cette maladie sont souvent méconnus du grand public. Pourtant, un retard de diagnostic peut entraîner l’ablation de l’œil, voire la perte de la vue. C’est pourquoi l’Institut Curie et l’association Rétinostop lancent un spot de sensibilisation au dépistage du rétinoblastome.

 

Qu’est-ce que le rétinoblastome ?


Le rétinoblastome est un cancer rare de l’œil qui altère les cellules de la rétine du nourrisson et des enfants. Cette maladie peut atteindre un œil ou les deux. Les spécialistes ont constaté que dans les 15 % des cas dont un seul œil est affecté, la tumeur provient de l’hérédité. Dans quatre cas sur dix, les petits patients ont les deux yeux malades, ils sont donc atteints d’un rétinoblastome bilatéral. Le rétinoblastome est souvent diagnostiqué avant cinq ans. Dans 95 % des cas, ce cancer peut être guéri s’il est pris en charge assez tôt. Dans le cas contraire, la maladie peut laisser des séquelles graves.

 

Les signes d’alerte


Le premier symptôme du rétinoblastome est la présence d'un reflet blanc dans le regard. Ils sont parfois visibles sous certains angles ou sur les photos prises avec flash. Un strabisme permanent chez l'enfant doit également alerter les parents. En effet, un strabisme persistant associé à l’apparition progressive d’un reflet blanc dans la pupille, appelé leucocorie, nécessite une consultation ophtalmologique. Le dépistage du rétinoblastome s’effectue dès la naissance de l’enfant.

 

Traitement possible


L’Institut Curie devrait bientôt se doter d’un nouvel appareil d’imagerie de l’œil dédié aux enfants. Les techniques utilisées permettront de dépister précocement le rétinoblastome et ses récidives.
Quant aux traitements, ils sont ajustés à chaque cas. En général, les médecins essaient autant que possible de réaliser un traitement conservateur de l’œil et de la vision. Lorsque la tumeur s’aggrave, l’ablation chirurgicale de l’œil,ou énucléation,est parfois indispensable. Cette alternative évite que le cancer ne se généralise. Par la suite, l’œil malade est remplacé par une prothèse oculaire.

 

 

 

Isabelle Damiron
 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
     

    Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

    Je m'identifie

    Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

    Mot de passe oublié ?

    Connectez-vous avec votre compte Facebook

    Se connecter
    Je m'inscris

    Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

    Je m'inscris