Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Délai de réflexion IVG : supprimé par les députés

Publié le
  • 0
  • I
Délai de réflexion IVG : supprimé par les députés
Délai de réflexion IVG : supprimé par les députés

Dans la nuit du mercredi au jeudi dernier, la commission de l’Assemblée nationale a supprimé le délai de réflexion de 7 jours accordé aux femmes qui envisagent d’effectuer une interruption volontaire de grossesse (IVG).

Une décision des députés qui divise l’opinion publique en France et qui crée de nombreux débats.  

Une avancée notable depuis Simone Veil
La loi qui dépénalise l’avortement est entrée en vigueur en France il y a quarante ans. Aujourd’hui, une femme qui souhaite avorter doit passer obligatoirement par deux consultations médicales. La législation impose un délai de réflexion de 7 jours entre celles-ci. Si la grossesse est déjà proche de la limite légale de 12 semaines, ce délai est ramené à 48 heures. L’amendement en commission des députés sur le projet de loi santé annule dorénavant ce temps de réflexion. D’après la députée du Parti socialiste Catherine Coutelle, l’existence de ce délai est "infantilisant et stigmatisant" pour les femmes.

Victoire pour les féministes
Pour les féministes, il s’agit d’une véritable avancée. Pour Isabelle Fride, du Planning familial de Paris, ce délai de réflexion constitue une source de culpabilisation et un frein pour les femmes. D’après elle, les femmes ont déjà pris leur décision quand elles viennent en consultation en vue d’une IVG. Selon Claire Serre-Combe du collectif "Osez le féminisme !", cette mesure mérite d’être abolie, car elle infantilise les femmes.

Des réticences dans le clergé
Monseigneur Guy de Kerimel, ancien président du groupe de travail sur l’avortement à la conférence des évêques de France, ne voit pas comment accorder un temps pour réfléchir peut infantiliser la femme. Il argumente que si la loi donne un délai de rétractation de onze jours pour un emprunt et de sept jours pour les achats à distance, le petit bébé dans le ventre de sa mère mérite également un temps de grâce. Un point de vue qu’il partage avec la députée Marion Maréchal-Le Pen.

Isabelle Damiron
 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
     

    Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

    Je m'identifie

    Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

    Mot de passe oublié ?

    Connectez-vous avec votre compte Facebook

    Se connecter
    Je m'inscris

    Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

    Je m'inscris