Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Fertilité : l’horloge biologique, comment ça marche ?

Publié le
  • 5
  • I
horloge biologique fertilité ménopause précoce grossesse
Fertilité : l’horloge biologique, comment ça marche ?

Comment expliquer que certaines femmes restent fertiles à 50 ans, tandis que d’autres ont des difficultés, voire une ménopause précoce, à la trentaine ? Des chercheurs suédois ont percé les mystères de l’horloge biologique.

 

 

Qu’entend-on par "horloge biologique" ? C’est tout simplement, pour les femmes, la perspective inexorable de ne plus être fertile passé un certain âge. C’est en général entre 40 et 50 ans que la ménopause sonne le glas de la période de fertilité. Mais ce n’est pas une loi universelle : chez certaines, faire un enfant devient compliqué dès 30 ans, quand pour d’autres, un bébé-surprise (ou programmé !) peut pointer le bout de son nez à la cinquantaine ! Mais pourquoi ?


A l’origine de ces différences, une question de nourriture…des ovules ! En effet, les chercheurs se sont aperçu que pour être fonctionnels et permettre une grossesse, les ovules avaient besoin d’énergie. Une énergie qui leur est fournie par des cellules particulières, les cellules de granulosa.


Ces dernières entourent l’ovocyte et sont également présentes au cœur du follicule ovarien, et secrètent un enzyme appelé mTOR. L’enzyme mTOR a la capacité d’activer certains récepteurs des ovocytes, leur indiquant ainsi qu’ils peuvent croître et grandir, menant ainsi à la possibilité d’une grossesse, ou, à l’inverse, qu’ils ne doivent pas évoluer.


Un mécanisme à la fois simple et complexe ! Simple, car il s’agit d’un enchaînement relativement court de réactions chimiques ; complexe, parce qu’il est impossible de prévoir, d’une femme à l’autre si et surtout quand l’enzyme mTOR va se montrer moins actif, donnant le signal de la ménopause ! Néanmoins, la découverte ouvre la porte à de nombreuses possibilités de traitements, notamment dans le cadre de ménopauses précoces, en intervenant directement au cœur de ce processus naturel.

 

 

Source : pourquoidocteur.fr

Isabelle Damiron
 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
  • Invité
    Le 26/02/2015 à 21h36 par Invité
    Vous savez que souvant, les femmes avec les maladies graves (actuelles ou passees) font face au refus des gynecos pour la grossesse a risque! mon amie avait des gros fibromes en uterus et les clinique en France l'a refuse de faire FIV, elle commencait de s'adresser a des cliniques a l'etranger...Plusieurs d'entres eux refusaient et elle a commence a baisser les bras et apres 7 ans de recherche, des tentatives et des analyses elle a finalement trouve la clinique en Ukraine qui lui a aide et a donne la possibilite de devenir maman!
  • Marylin007
    Le 06/11/2014 à 14h19 par Marylin007
    Bonjour, concernée par la pré ménopause (j'ai 35 ans), sous DHEA pour l'instant. Parcours PMA France impossible. Je suis à la recherche de témoignages positifs ou négatifs par rapport aux réussites ou échecs de grossesse et de conseils. Merci à vous
  • Invité
    Le 05/11/2014 à 10h17 par Invité
    En France, d?après l?enquête nationale périnatale de 2003 et l?Observatoire épidémiologique de la fertilité de 2007-2008, près d?1 couple sur 5 serait concerné par l?infertilité après 12 mois sans contraception. Selon l?enquête, 26 % des femmes sont tombées enceinte dès le 1er mois sans contraception et 32 %, plus de 6 mois après (dont 18% au bout de 12 mois et 8% au bout de 24 mois)3. Même si les données manquent, il semblerait que les femmes soient de plus en plus nombreuses à rencontrer des difficultés pour tomber enceintes et qu?elles mettent également plus de temps. Des facteurs environnementaux ou infectieux pourraient être responsables de cette évolution. Le surpoids est également pointé du doigt. Il faut également savoir que la fertilité diminue avec l'âge. Or, les femmes attendent leur 1er enfant de plus en plus tard, ce qui pourrait aussi expliquer que les problèmes d?infertilité soient de plus en plus fréquents.
  • Invité
    Le 05/11/2014 à 09h06 par Invité
    salut!mon amie a la menopause precoce a l'age de 32 ans. elle etait vraiment deprimee car elle n'a pas pu realiser son projet de devenir maman avant la diagnose(((puis elle a decide de disputer pour son bonheur et commencait le traitement hormonal qu'elle avait prescrit son gyneco...mais sans resultat(Apres c'etait les cliniques de PMA en France, puis a l'etranger..Alors, ce combat s'est fini par la 8 tentative a la clinique biotexcom avec une petite bout de chou qui a mntn 2 ans)) Les filles, ne baissent pas les bras - la menopause precoce n'est pas la curee!!!!
  • Invité
    Le 05/11/2014 à 08h49 par Invité
    salut!la menopause precoce m'a touche a l'age de 32 ans. J'etais sans enfants et mon mari voulait fortement un enfant (lui sans enfants aussi). Nous avons decide de tourner vers le don d'ovocyte. Ma grossesse n'a commence seulement par une tentative, mais apres 7ieme en Ukraine. C'etait un long parcours, mais finallement - heureux!!!
 

Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

Je m'identifie

Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

Mot de passe oublié ?

Connectez-vous avec votre compte Facebook

Se connecter
Je m'inscris

Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

Je m'inscris