Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Les anomalies congénitales, toujours nombreuses mais mieux dépistées

Publié le
  • 0
  • I
anomalie malformation trisomie 21
Les anomalies congénitales, toujours nombreuses mais mieux dépistées

3,3 enfants touchés par une anomalie congénitale pour 100 naissances : un chiffre qui peut paraître considérable… Explications.

 

 

Ces chiffres révélés par l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) ont de quoi effrayer ; mais des solutions existent ! En effet, 3% des naissances, soit environ 27 000 cas par an de malformations et autres anomalies congénitales, cela paraît énorme… Mais de quoi parle-t-on vraiment ?

 

Les anomalies évaluées par l’InVS, au nombre de 21, sont des problèmes décelables au moment de la grossesse. Parmi elles, la trisomie 21 est la plus fréquente avec 2 400 diagnostics annuels (0,3% des naissances). Viennent ensuite :

 

  • L’hypospadias (malformation de l’urètre du petit garçon) : 1 700 cas/an
  • Les fentes labiales et palatines (1 300 cas/an)
  • Les malformations du tube neural, comme le spina-bifida (environ 1 000 cas/an)
  • Les malformations cardiaques (environ 1 000 cas/an)

 

Si le dépistage quasi-systématique de la trisomie 21 est bien en place, il n’existe pas pour l’heure de moyens de prévenir cette anomalie ; en revanche, les risques de malformations du tube neural peuvent être prévenus, grâce notamment à la prise d’acide folique avant la grossesse et durant le premier trimestre de celle-ci ! Quant à l’hypospadias, il s’agit d’une anomalie bénigne la plupart du temps qui ne nécessite qu’une petite chirurgie. Pénible certes, mais pas gravissime ! Quant aux fentes labio-palatines et aux malformations cardiaques, la chirurgie fait aujourd’hui des miracles et bon nombre d’entre elles sont "réparables" !

 

Toutefois, sur 27 000 fœtus concernés chaque année par une malformation ou une anomalie congénitale, 400 sont morts-nés et 7 000 sont concernés par une interruption médicale de grossesse (IMG). L’InVS rappelle que la fiabilité des diagnostics s’améliore constamment, et que l’accompagnement des futurs parents concernés est aujourd’hui efficace.

 

 

Source : santelog.com

Isabelle Damiron
 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
     

    Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

    Je m'identifie

    Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

    Mot de passe oublié ?

    Connectez-vous avec votre compte Facebook

    Se connecter
    Je m'inscris

    Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

    Je m'inscris