Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Prématurité : alerte à la pollution des sols aux Antilles

Publié le
  • 0
  • I
pollution chloredécone prématurité
Prématurité : alerte à la pollution des sols aux Antilles

Le chloredécone, un agent chimique nocif et tenace utilisé comme insecticide jusqu’en 1993 aux Antilles françaises pourrait réduire la durée des grossesses.

 

 

La pollution durable des sols au chloredécone aux Antilles n’a pas finit de faire parler d’elle ! Responsable d’un surcroît de risques de cancers et de perturbations endocriniennes, cet insecticide avait été interdit dès 1976 au États-unis, dès 1990 en France métropolitaine, mais seulement en 1993 aux Antilles. Utilisé largement dans le cadre de la culture de la banane, le chloredécone a contaminé durablement les sols et les nappes d’eau souterraines…

 

Les effets de cette pollution sont encore très visibles aujourd’hui, avec des concentrations très élevées de ce polluant dans le sang de très nombreux malades du cancer ou de personnes souffrant de dérèglements endocriniens. Selon une nouvelle étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), le chloredécone est aussi responsable d’un raccourcissement de la durée de la grossesse !

 

La fréquence des accouchement prématurés est forte aux Antilles (environ 14%). En cause : davantage de cas de diabète et d’hypertension gestationnels, de lupus, ou encore les conditions de vie. Les chercheurs ont découvert que les femmes fortement exposées au chloredécone (environ 5% d’entre elles) pouvaient voir la durée de leur grossesse amputée d’une semaine !

 

Cela paraît bien peu, mais couplés aux risques moyens de prématurité qui restent forts dans la région, ces quelques jours peuvent faire la différence… Un facteur de risque supplémentaire qui s’avère très difficile à contrôler. Les chercheurs pensent que des préconisations au niveau de la consommation de produits issus de l’agriculture locale devraient être mis en place, comme l’éviction de tout aliment produit à domicile (potager, jardins, circuits locaux de production, etc.) durant la grossesse.

 

 

Source : franceantilles.fr

Isabelle Damiron
 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
     

    Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

    Je m'identifie

    Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

    Mot de passe oublié ?

    Connectez-vous avec votre compte Facebook

    Se connecter
    Je m'inscris

    Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

    Je m'inscris