Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Avortements sélectifs : en Europe aussi…

Publié le
  • 3
  • I
ivg avortement sélectif sexe de bébé,
Avortements sélectifs : en Europe aussi…

Déjà dénoncés en 2013 en Grande-Bretagne, les avortements sélectifs (IVG sur des fœtus filles) seraient de plus en plus répandus dans les pays d’Europe…

 

 

En septembre 2013, un scandale éclatait au Royaume-Uni suite à la diffusion d‘un reportage en caméra caché prouvant que des gynécologues acceptaient de pratiquer des IVG sur le seul critère du sexe de l’enfant.

 

Une pratique rapidement mise sur le compte de traditions ethniques par l’opinion publique, puisque ce sont essentiellement des femmes originaires du sous-continent indien qui étaient concernées. Un peu facile lorsqu’on découvre les chiffres publiés par l’Institut National d’Études Démographique (Ined)!

 

En effet, la pratique de l’avortement sélectif selon le sexe semble se répandre dans toute l’Europe. Ainsi, aux Pays-Bas, le nombre d’IVG tardives (au-delà de 20 semaines, autorisé dans le pays) a doublé depuis 2007, année où a été mise en place une échographie obligatoire à 20 semaines de grossesse, permettant de connaître le sexe de l’enfant à coup sûr. Coïncidence ?

 

La même courbe à la hausse est observée en Suède, et les foetus concernés par ces interruptions de grossesse sont majoritairement des filles…Pour contrer l’argument "ethnique", l’Ined précise que ces IVG sont le fait de couples norvégiens, qui profitent du délai légal plus long pour l’IVG de leurs voisins suédois. Enfin, on observe un déséquilibre entre les sexes à la naissance au Kosovo, en Albanie et au Monténégro qui se révèle préoccupant…

 

La France semble épargnée par ce phénomène, avec un équilibre normal entre naissances de garçons et naissances de filles. Les tests génétiques très précoces pour connaître le sexe de l’enfant à naître sont en effet extrêmement encadrés et contrôlés, et ne sont pratiqués que dans de rares cas. Par ailleurs, le délai légal pour le recours à l’IVG de 12 semaines de grossesse permettrait également de prévenir cette dérive inquiétante…

 

 

Source : lefigaro.fr

Isabelle Damiron
 

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
  • Invité
    Le 08/02/2014 à 13h43 par Invité
    C'est tout simplement inadmissible. Je suis Maman d'un petit garçon de 3 ans et avant que je connaisse son sexe (lorsque je l'attendais) ce qui m'importait le plus était qu'il soit en bonne santé. Peu importe que ce soit un garçon ou une fille le principal est de donner la vie et que son enfant soit en bonne santé.
  • Invité
    Le 18/01/2014 à 12h38 par Invité
    En tant que maman d'une petite fille de 6 mois ça me rend malade de lire cet article ! Je suis également horrifiée du délai de 20 semaines pour avorter aux Pays Bas ! Eh bien elle est belle l'Europe !!
  • Invité
    Le 17/01/2014 à 13h01 par Invité
    Pour une fois que la France fait bien quelque chose il est bon que ça soit souligné.
 

Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

Je m'identifie

Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

Mot de passe oublié ?

Connectez-vous avec votre compte Facebook

Se connecter
Je m'inscris

Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

Je m'inscris