Chargement...

En poursuivant votre navigation sur etreenceinte.com, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Grève des sages-femmes : pour mieux comprendre

Publié le
  • 4
  • I
sages-femmes en grève
Grève des sages-femmes : pour mieux comprendre

La profession réclame une meilleure reconnaissance professionnelle et le statut de praticien hospitalier.

 


Depuis le 16 octobre, c’est à une grève discrète mais très suivie que se livrent les sages-femmes hospitalières. Si elles assurent toujours les accouchements, elles refusent en revanche d’effectuer le suivi des grossesses dans 75% des maternités de France. Quelles sont les raisons de la grogne ?

 

Pour devenir sage-femme, aujourd’hui, il faut tout d’abord valider la Première année commune aux études de santé (Paces), c'est-à-dire la première année d’études de médecine, où le taux d’échec approche les 70% ! Ensuite, ce sont 4 années d’études supplémentaires qui attendent les futur(e)s sages-femmes. Un cursus difficile et très complet qui ne leur vaut pourtant pas la même reconnaissance que les autres professions de santé !

 

A l’inverse des médecins, des internes en médecine ou encore de pharmaciens, les sages-femmes ne sont en effet pas reconnu(e)s comme des "praticiens hospitaliers", mais comme une profession "paramédicale"… Ce qui bloque également leurs perspectives d’évolution salariale ! Une injustice contre laquelle se battent aujourd’hui ces professionnel(le)s de la naissance.

 

Une situation d’autant plus étonnante que la périnatalité a rarement autant été au centre des préoccupations. Malgré tout, la France perd des points sur les questions de sécurité autour de l’accouchement : 7e sur 30 au classement des pays européens concernant la mortalité maternelle en 1999, le pays était passé 20e en 2009 ; par ailleurs, la Cour des Compte avait en 2011 insisté sur le rôle primordial des sages-femmes dans le cadre du suivi des grossesses non pathologiques. Des recommandations pour l’heure non suivies d’effets, et des chiffres qui interrogent…

 


Source : lexpress.fr

Isabelle Damiron
 

En savoir plus

Commentez

Ajouter un commentaire
0 / 1000 caractères utilisés
 

Commentaires

 
  • Invité
    Le 30/10/2013 à 15h04 par Invité
    bon bien tout est dit par le premier commentaire... soyons sérieux, les sages-femmes demandent la reconnaissance de leur statut médical à l'hopital puisque leur statut est médical dans le code de la santé publique. Donc les sages-femmes ne demandent pas à être reconnues comme professionnelles médicales, elles le sont déjà. La demande c'est de la cohérence entre les codes. Vous ne pouvez pas être responsable médical devant un juge pénal et être fonctionnaire à l'hopital sous dépendance hiérarchique. C'est tout. Ah oui au fait, elles demandent aussi à être premier recours, c'est à dire sage-femme traitante pour toutes les femmes en bonne santé concernant la gynécologie et l'obstétrique. En gros comme le parcours médecin traitant pour tout unchacun mais là c'est pour gynéco et grossesse. Voilà!
  • Invité
    Le 30/10/2013 à 11h28 par Invité
    Le statut de PH est un statut médical (et non de médecin). Les sages-femmes sont une profession médicale (tout comme les pharmaciens ou dentistes qui eux ont le statut PH sans avoir passé non plus l'internat et tous le reste...) Quand à notre responsabilité, cela signifie que nous pouvons aller devant les tribunaux autant qu'un médecin gynécologue et pourtant nous n'avons pas le salaire qui correspond à ce risque ! Alors avant de nous dénigrer, renseigner vous sur ce que nous sommes et relisez le dictionnaire pour la définition de responsabilité ! Sachez que vous avez déjà eu affaire à une sage-femme : le jour de votre naissance au minimum (même en cas de césarienne programmée, il y avait une sage-femme pour s'occuper de vous dans les première heures) et vous y aurez probablement affaire à nouveau au cours de votre vie... Votre commentaire désagréable est une insulte à notre profession et c'est inadmissible, pourquoi êtes vous si amère/méchant(e) ?
  • Invité
    Le 30/10/2013 à 11h20 par Invité
    Le statut de PH est un statut médical (et non de médecin). Les sages-femmes sont une profession médicale (tout comme les pharmaciens ou dentistes qui eux ont le statut PH sans avoir passé non plus l'internat et tous le reste...) Quand à notre responsabilité, cela signifie que nous pouvons aller devant les tribunaux autant qu'un médecin gynécologue et pourtant nous n'avons pas le salaire qui correspond à ce risque mais à celui d'une infirmière ! Alors avant de nous dénigrer, renseigner vous sur ce que nous sommes et relisez le dictionnaire pour la définition de responsabilité ! Sachez que vous avez déjà eu affaire à une sage-femme : le jour de votre naissance au minimum (même en cas de césarienne programmée, il y avait une sage-femme pour s'occuper de vous dans les première heures) et vous y aurez probablement affaire à nouveau au cours de votre vie... Votre commentaire désagréable est une insulte à notre profession et c'est inadmissible, pourquoi êtes vous si amère/méchant(e)
  • Invité
    Le 30/10/2013 à 00h31 par Invité
    Réclamez le statut de PH est juste risible, faites vraiment médecine, passez l'internat, validez le, faites un clinicat puis passez le concours de PH, ça n'a rien à voir avec vos 5 ans d'études.
    Quand à vos "immenses" responsabilités , elles s'arrêtent là où commencent la vraie médecine.
 

Afin d'accéder à ce service vous devez vous identifier ou créer un compte.

Je m'identifie

Vous avez déjà un compte Etreenceinte.com

Mot de passe oublié ?

Connectez-vous avec votre compte Facebook

Se connecter
Je m'inscris

Devenez membre et créez votre blog, vos courbes de suivi, votre profil public, participez au forum (de discussion), et découvrez tous nos services !

Je m'inscris